A quoi ressemblera le nouveau porte-avions russe ?

RIA Novosti/Ilia Kramnik
Lundi 9 Mars 2009 - 10:59


Les représentants du Consortium unifié des chantiers navals (OSK) ont révélé certaines caractéristiques du porte-avions de nouvelle génération mis au point pour le compte de la Marine russe. Il s'agit d'un porte-avions nucléaire d'environ 60.000 tonnes.


A quoi ressemblera le nouveau porte-avions russe ?
Le navire ne portera pas de missiles de croisière, à la différence des croiseurs porte-avions de fabrication soviétique.
Différentes hypothèses circulaient concernant l'aspect de ce futur navire: il pouvait ressembler soit au porte-avions Kouznetsov, soit à l'Oulianovsk (dernier porte-avions de fabrication soviétique) ou encore au nouveau projet de porte-avions de 40.000 tonnes conçu pour les forces armées indiennes, mis en chantier le 28 février 2009 et créé avec le concours de spécialistes russes.
Les informations diffusées l'automne dernier selon lesquelles la Marine de guerre russe s'intéresserait aux projets de la compagnie Thales (l'un des principaux concepteurs du futur porte-avions CVF pour la Marine britannique et du porte-avions PA2 pour la France), confirment la version selon laquelle le nouveau bâtiment de 60.000 destiné à la Marine russe pourrait ressembler aux futurs porte-avions des membres européen de l'OTAN.
C'est le type d'avions embarqués sur le nouveau navire qui suscite le plus d'interrogations. A l'heure actuelle, la Russie dispose de deux types de chasseurs embarqués: le Su-33 et le MiG-29K. Les Su-33, utilisés à bord de l'Admiral Kouznetsov, tombent en désuétude, et il serait peu raisonnable de relancer leur fabrication pour équiper le nouveau bâtiment. Les MiG-29K, qui seront fabriqués pour le compte de la Marine de guerre indienne, plus prometteurs, ne conviennent toutefois pas. En effet, les dimensions et le poids au décollage des avions de la famille MiG-29 rendent impossible leur utilisation en tant qu'avions d'assaut performants, ce qui est pourtant nécessaire pour le futur avion embarqué.
Ainsi, il ne reste qu'une possibilité, à savoir la version embarquée du chasseur de cinquième génération conçu par le bureau d'études Sukhoi dans le cadre du programme PAK-FA.
Cet appareil, d'un poids au décollage de quelque 30 tonnes, peut être utilisé en tant que chasseur polyvalent, effectuant des attaques ou assurant la défense antiaérienne de la force opérationnelle dont il fait partie. Par ailleurs, les dimensions relativement importantes du porte-avions permettront de disposer à son bord entre 30 et 36 chasseurs lourds, sans compter les avions d'autres types. En outre, il doit également posséder suffisamment d'espace pour des drones, hélicoptères et différents appareils de soutien.
En attendant, certains détails restent encore inconnus. Par exemple, on ignore tout du mode de décollage des avions depuis le nouveau navire. On sait très peu de choses sur la mise au point des appareils de soutien pour le nouveau porte-avions (notamment, des avions équipés d'un système de détection et de commandement aéroporté, des hélicoptères de lutte anti-sous-marine, etc.).
Pour assurer l'exploitation normale d'un tel porte-avions (et a fortiori, s'il y en a trois ou six), il importe de régler dans les années à venir, outre les problèmes techniques, les questions relatives à leur déploiement, à la maintenance, à l'accompagnement, à la formation et au cantonnement des équipages comprenant des milliers d'hommes, et ainsi de suite.
Ce n'est qu'après avoir réglé toutes ces questions qu'il sera possible de mener à bien le programme de construction de porte-avions de nouvelle génération.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss