Boudjedra : "mon nom pour le prix Nobel de littérature a été supprimé pour des raisons politiques"


Jeudi 13 Février 2014 - 10:29
APS


Boumerdes - Le romancier algérien Rachid Boudjedra a indiqué,mercredi à Boumerdes, que son nom a figuré pendant dix ans dans la liste descandidats au prix Nobel de littérature, mais a été "à chaque fois supprimé pourdes raisons politiques".


Rachid Boudjedra
Rachid Boudjedra
"Je ne suis pas très enthousiaste à l idée d obtenir ce prix, car iln est accordé qu à celui qui porte, en lui, un mépris pour soi et pour son pays,et encense l Occident", a déclaré Boudjedra durant les débats ayant suivison intervention à une conférence sur l écrivain Rachid Mimouni, abritée parla maison de la culture.

"Je pense que je n obtiendrai pas ce prix, car tous mes écrits et œuvresrecèlent, outre des autocritiques, des critiques à l égard de l Occident, etde tout ce qu il représente de négatif, comme ses penchants pour les guerres,le colonialisme et la domination des peuples faibles", a-t-il estimé.

L intervenant lors de cette rencontre a relevé, par ailleurs, une "grandedifférence" entre ses écrits et ceux du défunt Rachid Mimouni, sur le plandu fond (contenu), car Mimouni, a-t-il dit, avait un "message à transmettreau lecteur", ainsi que dans la forme (style), qui est "simple", car "il ciblele maximum de lecteurs", a-t-il observé.

"Mes écrits (par contre) sont + complexes+, de par ma formation philosophiqueet mathématicienne", a-t-il soutenu, indiquant s adresser à un "lecteur intelligent,à qui il n a pas de messages à transmettre".

Par ailleurs, le romancier a estimé que l Algérie détient les "meilleurscréateurs" (en art et culture) des pays du Maghreb arabe, en termes de qualitéet de réputation.

Il a cité comme preuve la "suprématie de notre pays" dans le nombrede titres édités dans plusieurs domaines, ainsi que la "présence de manièreintensive et respectée" du roman algérien à l étranger, notamment en France,alors que les œuvres marocaines et tunisiennes "sont quasi absentes", a-t-ilindiqué.

Pour Boudjedra, la suprématie de l Algérie dans ce domaine s expliquepar l existence d une "certaine démocratie et de liberté d expression", ainsique la tenue, en son sein, d un Salon mondial du livre, qui "accomplit desmiracles", comparativement à d autres salons internationaux. Ce Salon réunitles meilleurs éditeurs de par le monde, et attire pas moins de 5,2 millionsde visiteurs, a-t-il fait remarquer.

L ouverture de cette conférence a été marquée par l organisation d unecérémonie en l honneur de Rachid Boudjedra, qui a animé, par la suite, une ventedédicace de ses œuvres, au Salon du livre, abrité, depuis vendredi dernier,par la maison de la culture de Boumerdes.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss