Des fossiles de microbes datant de 3,4 milliards d'années découverts en Australie

AFP
Lundi 22 Août 2011 - 10:34


Paris - Des fossiles de microbes datant de 3,4 milliards d'années, qui vivaient dans un monde sans oxygène et prospéraient grâce à des composés à base de soufre, ont été découverts dans des roches dans l'Ouest de l'Australie, selon une étude publiée dimanche.


Des fossiles de microbes datant de 3,4 milliards d'années découverts en Australie
"Nous avons enfin une bonne preuve de la vie il y a plus de 3,4 milliards d'années. Cela confirme qu'il y avait alors des bactéries vivant sans oxygène", a déclaré le professeur Martin Brasier (Université d'Oxford) qui a participé à ces recherches conduites par David Wacey (Université d'Australie occidentale).

Il s'agit "des plus vieux fossiles trouvés sur Terre", précise l'Université d'Oxford dans un communiqué.

Le Terre est âgée d'environ 4,5 milliards d'années. La vie y serait apparue voici 3,5 à 3,8 milliards d'années, selon de précédents travaux scientifiques.

Les fossiles découverts par David Wacey et son équipe sur une des plus anciennes plages de la Terre, dans un lieu isolé appelé "Strandley Pool", sont associés à de microscopiques cristaux de pyrite, des minéraux à base de sulfure de fer, selon l'étude paraissant dans la revue scientifique Nature Geoscience.

Ces cristaux résulteraient de l'activité biologique (métabolisme) passée des micro-organismes fossiles.

Les scientifiques estiment pouvoir "être très sûrs de l'âge" des fossiles, car les roches sédimentaires où ils les ont trouvés se sont formées entre deux épisodes volcaniques. "Cela limite à quelques dizaines de millions d'années", l'intervalle de temps où les fossiles ont pu se former, précise le Pr Brasier.

Il souligne que les microfossiles ont été soumis à des tests montrant que les formes détectées dans la roche sont de nature biologique et qu'elles ne résultent pas d'un processus de minéralisation. Des structures semblables à des cellules peuvent être observées.

Voici 3,4 milliards d'années, la Terre restait un endroit chaud, avec une forte activité volcanique, et la température des océans atteignait 40 à 50°C.

A notre époque, précise le Pr Brasier, il existe toujours des bactéries utilisant le soufre plutô t que l'oxygène pour avoir de l'énergie et prospérer. On les trouve notamment dans les sources chaudes, en particulier les cheminées hydrothermales au fond des océans.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss