Des pluies acides ont accompagné la disparition des dinosaures

AFP
Lundi 10 Mars 2014 - 10:18


Paris - La météorite géante qui a frappé la Terre voici 65 millions d'années n'a pas seulement éradiqué les dinosaures et d'innombrables autres espèces terrestres, elle a aussi provoqué des pluies acides qui ont rendu invivable la surface des océans, selon une étude publiée dimanche.


Des chercheurs japonais ont tenté de recréer dans leur laboratoire les conditions qui prévalaient lors de la dernière crise d'extinction massive qu'a connue notre planète. Selon leurs conclusions, l'impact de la météorite de Chicxulub qui s'est abattue sur la péninsule du Yucatan, dans l'actuel Mexique, a instantanément vaporisé des roches riches en soufre, produisant un épais nuage de trioxyde de soufre (SO3).

Mélangé à la vapeur d'eau de l'atmosphère, ce gaz provoque des pluies d'acide sulfurique qui seraient tombées à la surface de la Terre en l'espace de quelques jours, acidifiant la couche supérieure des océans et tuant de nombreuses espèces marines.

"Des pluies très chargées en acide sulfurique et une intense acidification des océans par des vapeurs riches en SO3 ont sérieusement détérioré l'écosystème global et sont probablement responsables de l'extinction de nombreuses espèces", estime cette étude publiée dans la revue Nature Geoscience.

Autrement dit, seules les espèces marines capables de résister à ces eaux mortelles ou de se réfugier plus en profondeur auraient survécu, pour ensuite coloniser des mers vidées de leurs autres habitants.

Sur terre, la chute de la météorite de 10 km de diamètre aurait, selon le scénario le plus communément admis par les scientifiques, déchaîné un déluge de feu et soulevé une tempête de poussière à l'échelle mondiale.

De 60% à 80% des espèces existantes auraient disparu à la suite de cet événement, qui constitue pour les paléontologues la "limite Crétacé-Tertiaire" marquant le début d'une nouvelle ère géologique.

- Un 'hiver nucléaire' -

Les dinosaures, petits ou grands, qui avaient régné sur terre pendant quelque 165 millions d'années disparurent, laissant toute la place nécessaire aux mammifères pour se développer.

Les raisons exactes de cette extinction massive restent au coeur d'un vif débat. La théorie dominante veut que la météorite ait créé un "hiver nucléaire", le voile de poussière empêchant une partie des rayons du Soleil d'atteindre la surface de la Terre, réduisant les températures et la couverture végétale dont se nourrissaient notamment les gros herbivores.

Une autre théorie évoque aussi le rôle des pluies acides, mais certains scientifiques la réfutent, estimant que l'impact de la météorite a dégagé du dioxyde de soufre (SO2), et non pas du SO3, et que le nuage aurait stagné en altitude au lieu de retomber sous forme de pluie.

En laboratoire, Sohsuke Ohno, du Centre de recherche en exploration planétaire de Chiba (Japon), et son équipe ont tenté de récréer, en miniature, les conditions de l'impact du Yucatan pour mieux comprendre les phénomènes qui ont pu jouer à l'époque.

Selon leurs expériences, menées sur la même roche soufrée que celle de l'impact de Chicxulub, le soufre se vaporise bel et bien directement en SO3 en cas d'impact à des vitesses similaires à celles d'une météorite frappant la Terre (13 à 25 km par seconde).

Mieux encore, les particules d'acide sulfurique en suspension dans l'atmosphère se seraient agglomérées aux débris, plus lourds, émis au point d'impact, se redéposant ensuite à la surface des terres et des océans en l'espace de seulement quelques jours.

L'acidification des eaux de surface expliquerait notamment l'extinction de nombreuses espèces de plancton de la grande famille des foraminifères, des organismes unicellulaires protégés par une enveloppe de carbonate de calcium, composant principal du calcaire et de la craie facilement dissous par l'acide.

Ce scénario des pluies acides permet aussi d'expliquer pourquoi les espèces aquatiques d'eau douce auraient moins souffert de cette crise d'extinction: grâce à la présence d'un autre minéral présent dans l'écorce terrestre, plus résistant à l'acide, et qui les aurait partiellement protégées.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss