En Allemagne, une centrale au charbon se veut sans émissions de CO2

AFP
Vendredi 14 Novembre 2008 - 17:19


Allemagne - De l'électricité à base de charbon, sans pollution: le géant suédois de l'énergie Vattenfall a inauguré mardi en Allemagne sa réponse à ce casse-tête, une centrale dont les émissions de dioxyde de carbone seront enfouies.


Mais le projet est décrié par les défenseurs de l'environnement comme "une feuille de vigne", et une poignée d'entre eux manifestaient sur le site sans parvenir à troubler la cérémonie, pour laquelle Vattenfall avait invité 400 hommes politiques, industriels et journalistes.

Vattenfall a choisi le site de la "Schwarze Pumpe" ("Pompe Noire"), à Spremberg (est) pour l'installation de son prototype, un investissement de 40 millions d'euros. Cette bourgade d'ex-RDA, à la frontière polonaise, est un haut lieu allemand de l'extraction et du traitement de la lignite, industrie sale et polluante par excellence.

Le groupe suédois, qui a racheté plusieurs compagnies énergétiques allemandes au début de la décennie, dont la "Pompe Noire", aimerait bien la débarrasser de cette image avec sa nouvelle centrale "propre".

"Aujourd'hui s'écrit un chapitre de l'histoire industrielle", s'est emballé Tuomo Hatakka, patron de Vattenfall pour l'Europe centrale.

La centrale-test, installée à côté de la "vraie", marche toujours à la lignite, mais grâce à un procédé de combustion innovateur, baptisé "oxyfuel", seul du CO2 s'en dégage. Celui-ci est ainsi facilement capté, liquéfié, et profondément enfoui dans des caves à gaz naturel ou des formations géologiques hermétiques remplies d'eau, et ce "pour toujours", selon Vattenfall, et sans danger de réchauffement de la température souterraine.

Dans le cas de la "Pompe Noire", c'est à 350 kilomètres de là, dans des caves au nord du pays, que le CO2 disparaîtra. "Le charbon a un avenir, mais pas ses émissions de CO2", a commenté M. Hatakka.

Réchauffement climatique oblige, Vattenfall travaille comme ses confrères depuis plusieurs années à rendre sa production au charbon moins polluante. En Allemagne, premiere zone de production du groupe, l'abandon prévu en 2020 de l'énergie nucléaire promet un bel avenir au charbon: la construction d'une vingtaine de nouvelles centrales est déjà prévue.

Justement, si Vattenfall était convaincu des bienfaits de la technologie de captage et de stockage du CO2 (CCS, carbon capture and storage), le groupe en équiperait toutes ses nouvelles centrales, et pas seulement celle de Spremberg, arguent les critiques du projet.

Pour Thorben Becker, porte-parole de l'association écologiste Bund, "Vattenfall parle beaucoup de centrales prétendument respectueuses de l'environnement, mais ils prévoient et construisent toujours des centrales conventionnelles" polluantes, et la modernisation de la "Pompe Noire", fêtée avec tambours et trompettes, n'est rien qu'une "feuille de vigne".

Greenpeace n'est pas plus tendre avec le projet. La technologie "oxyfuel" nécessite de brûler plus de charbon pour une même quantité d'électricité produite, ce qui va faire grimper les coûts et est un obstacle sérieux à la viabilité des centrales, explique l'association.

Le WWF est plus clément. La technologie CCS "peut servir de transition" avant que soit développée une meilleure solution pour satisfaire des besoins croissants en énergie tout en respectant la planète, déclarait dans les colonnes du quotidien Taz Regine Günther, experte de l'association.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss