La Chine met les moyens pour faire revenir ses "cerveaux" de l'étranger

AFP
Mardi 20 Juillet 2010 - 12:49


Pékin - Il y a deux ans, Shi Yigong, un biologiste moléculaire de 43 ans, a quitté un poste dans la prestigieuse université américaine de Princeton pour revenir dans son pays natal, un retour aux sources encouragé par la Chine qui cherche à devenir une puissance scientifique.


Shi Yigong
Shi Yigong
Shi, qui avait quitté son pays il y a 20 ans, préside désormais le département des sciences de la vie de l'Université Tsinghua à Pékin.

Pour les autorités, c'est une nouvelle victoire dans leur volonté de faire revenir les "cerveaux" restés à l'étranger, ceux qu'on surnomme en Chine les "tortues de mer".

"La Chine a contribué de manière disproportionnée aux progrès de la science et de la technologie aux Etats-Unis", estime Shi, évoquant la "fuite des cerveaux" qu'a connue le pays dans le passé, en raison notamment des événements politiques comme la Révolution culturelle (1966-1976) et du manque d'argent ensuite.

"Derrière les gratte-ciels éclatants, il y a une pénurie extrême de talents et c'est vraiment regrettable", ajoute-t-il.

Depuis quelques années, Pékin mène une politique pour attirer ceux qui étaient partis étudier à l'étranger et s'y étaient établis, abandonnant pour la plupart leur nationalité.

Et une Chine de plus en plus puissante, la troisième économie mondiale, est un argument de poids.

"Pour des gens doués désireux de mettre en oeuvre leurs talents, il n'y a pas de limite maintenant en Chine en terme d'innovation", affirme Shi.

Son laboratoire étudie les protéines cellulaires avec des implications possibles pour des médicaments contre le cancer.

De 1978 à 2009, 1,62 million de Chinois sont allés étudier dans les universités étrangères et seulement 460.000 sont revenus, selon le gouvernement.

L'année dernière, 229.000 sont partis, une hausse de 27,5% par rapport à 2008. Mais ceux qui sont revenus ont augmenté de 56%(108.000), la plupart attirés par des conditions de plus en plus intéressantes.

Un des programmes en cours offre des fonds gouvernementaux d'un million de yuan (147.000 dollars), sans parler de l'argent versé par les employeurs.

Cependant, il reste des obstacles, comme le plagiat encore assez répandu dans le monde universitaire, un manque d'autonomie politique des universités et un système encore sclérosé où l'innovation est freinée par l'importance des relations et des luttes intestines.

"Vous avez beaucoup de scientifique incompétents qui profitent de leurs relations pour avoir des financements importants", relève Rao Yi, revenu des Etats-Unis en 2007 pour s'occuper des sciences de la vie à l'Université de Pékin.

De plus, ajoute Shi, les "tortues de mer" sont souvent mal vues par leurs homologues chinois, qui les considèrent comme des intrus trop payés.

En février, Shi et Rao ont publié un éditorial dans le Quotidien du Peuple, l'organe du Parti communiste, pour réclamer des réformes, notamment plus d'indépendance pour les universités. Ce qui leur a valu nombre de critiques.

"Depuis deux ans et demi, on ne peut pas dire que les relations avec les médias et la blogosphère aient été agréables", explique Shi.

Pour Cong Cao, professeur de relations internationales à la State University de New York et expert de l'élite académique chinoise, la Chine dispose du "hardware" pour réussir, en ce qui concerne les installations de recherche.

"Mais en ce qui concerne le software -- à savoir est-ce que le système est vraiment prêt pour produire un travail de haut niveau --, je n'en suis pas encore sûr", dit-il.

Pour Rao, qui a renoncé à sa nationalité américaine, il faudra du temps pour que la Chine rattrape son retard face aux pays occidentaux.

"Si on regarde la courbe, dans les 20 prochaines on pourra faire assez bien. Mais si on ne résoud pas les problèmes structurels, nous n'irons pas très haut, on restera coincé quelque part au milieu", dit-il.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss