Le Festival du film de Sarajevo ouvre avec une pensée pour Jafar Panahi


Samedi 23 Juillet 2011 - 11:07
AFP


Sarajevo - Le Festival du film de Sarajevo, une des plus importantes réunions du cinéma dans le sud-est de l'Europe, a ouvert vendredi sa 17-ème édition avec une pensée pour le cinéaste iranien Jafar Panahi, retenu dans son pays et sous le coup d'une peine d'emprisonnement de six ans.


Le Festival du film de Sarajevo ouvre avec une pensée pour Jafar Panahi
"Jafar Panahi, cet artiste fantastique, nous rappelle aujourd'hui l'importance de la liberté de la création artistique, celle qui est aussi à l'origine de la naissance du Festival du film de Sarajevo (SFF)", a déclaré le directeur du SFF, Mirsad Purivatra, lors de la cérémonie de l'ouverture.

M. Panahi a été condamné en décembre dernier dans son pays à 6 ans de prison, et la justice lui a interdit de réaliser des films ou de quitter l'Iran pendant les 20 prochaines années, pour "participation à des rassemblements et pour propagande contre le régime".

Il a fait appel de ces condamnations et se trouve actuellement assigné à résidence à Téhéran.

"L'ensemble du monde du cinéma a fermement condamné cet acte, et le SFF a décidé d'adhérer à ce soutien au réalisateur iranien", a dit M. Purivatra devant le public du théâtre national à Sarajevo où la cérémonie de l'ouverture du festival s'est déroulée.

Le "Coeur de Sarajevo", un prix d'honneurs remis chaque années par le SFF à certaines personnes pour leur soutien à l'art du cinéma, a été accordé cette année à M. Panahi.

"Jafar Panahi était l'invité du SFF il y a dix ans. J'espère que nous lui remettront directement le "Coeur de Sarajevo" l'année prochaine", a souhaité M. Purivatra.

Dans une lettre adressée au festival, M. Panahi, l'un des cinéastes de la "nouvelle vague" iranienne les plus connus à l'étranger, a déploré l'attente "depuis six mois" d'un jugement en appel.

"Ce statut est pire que d'être en prison", a-t-il écrit. "Lorsqu'on empêche un artiste de cinéma de faire des films, sa vie, quelles que soient les circonstances, équivaut à une prison".

Le festival du film de Sarajevo, lancé pendant la guerre de Bosnie (1992-1995), s'est depuis imposé comme un événement cinématographique incontournable dans cette région d'Europe.

Sa première édition, en 1995, a été ouverte par une oeuvre de Jafar Panahi, "Le ballon blanc" (Prix de la Caméra d'or à Cannes, en 1995).


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss