Le mariage des mineures pointé du doigt au Maroc

magharebia.com/Sarah Touahri
Jeudi 7 Mai 2009 - 00:28


Des associations marocaines et des organisations de défense des droits de l'Homme veulent voir abolir la pratique des mariages des mineures. Des militants issus de plusieurs associations ont récemment pointé du doigt la manière dont la Moudawana (le Code de la famille), destiné à restreindre le mariage des mineures, a été appliqué.


Le mariage des mineures pointé du doigt au Maroc
L'âge minimum légal pour le mariage est de 18 ans au Maroc, mais les juges aux affaires familiales peuvent parfois autoriser certaines exceptions. Ce vide juridique a permis à des milliers de familles de marier leurs filles bien avant cet âge.
Selon les chiffres du ministère de la Justice, plus de 31 000 jeunes mineures ont ainsi été mariées en 2008, contre 29 847 en 2007.
Fouzia Assouli, présidente de la Ligue démocratique des Droits de la femme, a souligné que le Code de la famille devait aujourd'hui être réformé pour restreindre cette pratique et définir clairement les pouvoirs des juges en matière de mariage des mineures.
"Cinq ans après l'adoption d'un nouveau Code de la famille, les Marocains ont certes saisi la plus haute importance des droits de la femme, mais on est encore en retard par rapport aux attentes de la société", explique-t-elle.
Samira Boufaracha, membre de l'association Ensemble pour le développement des femmes, a affirmé que la base sur laquelle les dérogations sont consenties par les juges est souvent peu claire. "Presque toutes les demandes sont acceptées. Ce qui encourage de plus en plus les familles à perpétuer cette pratique, alors qu’au début de l’application de la moudawana, on croyait que les choses allaient changer."
La présidente de la section juridique de l'Association démocratique des femmes du Maroc, Saïda Amrani Idrissi, a expliqué que la loi donne aux juges une très grande marge de manœuvre.
S'appuyant sur les quelque sept pour cent de demandes rejetées, le ministre de la Justice explique pour sa part que les juges ne se voient pas accorder automatiquement l'autorisation de marier des mineures.
"Le fait qu’il existe des rejets de requêtes prouve que l’aval n’est pas automatique. Les requêtes sont acceptées en raison de la particularité des conditions sociales des filles", explique le ministre de la Justice Abdelwahed Radi.
Jamal Badaoui, professeur de sociologie, a expliqué à Magharebia qu'il est difficile de modifier du jour au lendemain les attitudes des Marocains, en particulier dans les régions rurales. "Les mentalités sont bien plus difficiles à changer que les lois. Les parents dans un milieu socio-économique démuni et analphabète continuent à croire qu’il faut marier les filles le plutôt possible. L’avenir n’est pas en effet envisagé en dehors du mariage."
Il ajoute que les choses ne changeront pas sans des campagnes de sensibilisation de proximité expliquant les méfaits du mariage précoce ainsi que l’importance des études dans la vie des filles, tant en milieu urbain que dans les campagnes. "L’amélioration du niveau économique des familles permettra également de limiter le phénomène. En fait, il s’agit d’une série de causes sur lesquelles autorités et société civile devront agir pour changer la situation."


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss