Liban: un cheikh radical accusé de "terrorisme"


Mercredi 26 Août 2015 - 12:49
AFP


Beyrouth - Le Parquet militaire à Beyrouth a accusé mercredi de "terrorisme" Ahmad al-Assir, un islamiste radical connu arrêté pour son implication dans des combats sanglants contre l'armée, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.


Le cheikh sunnite, qui était l'islamiste le plus recherché du Liban depuis deux ans, avait été arrêté le 15 août à l'aéroport de Beyrouth alors qu'il tentait de fuir le pays pour le Nigéria via Le Caire.

"Le détenu Ahmad al-Assir est accusé d'avoir formé une bande armée dans le but de commettre des actes terroristes, d'avoir tué et tenté de tuer des militaires libanais", selon la source.

Il est également accusé d'avoir "planifié l'assassinat d'un nombre de personnalités politiques appartenant à une communauté religieuse", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Ces chefs d'accusation sont passibles de la peine de mort.

Cheikh Assir a été déféré devant le premier juge d'instruction pour un nouvel interrogatoire jeudi.

En 2014, la justice avait requis la peine de mort contre lui et 53 autres personnes pour des affrontements sanglants contre l'armée libanaise qui avaient tué 18 soldats et 11 hommes armés à l'été 2013 dans une banlieue de Saïda, dans le sud du pays.

Parfait inconnu avant le début en 2011 du conflit en Syrie, ce cheikh natif de Saïda (sud) doit sa notoriété à ses diatribes véhémentes, tant contre le régime de Damas et le Hezbollah que contre l'armée libanaise qu'il accuse d'inaction face à l'implication en Syrie du mouvement chiite libanais, soutenu par l'Iran.

Il a été arrêté après avoir changé son apparence physique et s'être muni d'un faux document de voyage palestinien.

Ahmad al-Assir était devenu un phénomène médiatique dans un pays profondément divisé entre partisans et opposants du régime syrien, ancienne puissance tutélaire du Liban.

Lorsqu'il était en fuite, le cheikh avait diffusé plusieurs enregistrements audio et tweeté de nouvelles critiques contre le Hezbollah, l'Iran mais aussi l'armée libanaise.

Le conflit syrien a exacerbé les tensions entre sunnites et chiites au Liban, les premiers étant partisans de la rébellion et les autres appuyant le régime de Bachar al-Assad.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss