Manifestations au Rif marocain: Trois partis politiques contre l’approche "purement sécuritaire"


Mardi 30 Mai 2017 - 09:42
AA



Rabat - Trois partis marocains de l’opposition ont considéré que le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, est responsable de « l’entraînement de la région du Rif et du pays vers l’inconnu ».

C’est ce qu’indique un communiqué commun, dont Anadolu a eu une copie, diffusé lundi soir, par les sections régionales d’al-Hoceïma (Nord) du parti Justice et Développement, dirigeant la coalition au pouvoir, du parti Union Socialiste, contribuant à la coalition, et du parti de l’opposition « Al-Istiklal » (Indépendance).

Le communiqué revendique « la libération immédiate de tous les prisonniers des protestations sociales, sans restriction ni condition ».

Il considère que « L’Etat est responsable de la situation actuelle dans la région à cause de la dévalorisation du rôle des partis nationaux et de la détérioration de la vie politique dans la région ».

Le communiqué critique « la manipulation médiatique exercée par les chaînes publiques (officielles), à travers la diffusion de photos et de vidéos d’événements, qui n’ont pas de lien avec le mouvement social, accompagnées du communiqué du procureur général du roi (auprès de la cour d’appel à al-Hoceïma Mohamed Akouir) pour diviser l’opinion publique nationale et internationale ».

La même source appelle à « réaliser les revendications économiques et sociales des habitants, exprimées dans le mouvement social et à suivre une approche de développement pour la région, au lieu d’une approche purement sécuritaire »

Les protestations se poursuivent dans plusieurs villes et villages de la province d’al-Hoceïma dans la région du Rif, dans le Nord-Est du Maroc, depuis octobre dernier, revendiquant le développement et l’arrêt de la marginalisation.

Ces protestations ont suivi la mort du vendeur de poissons Mohsen Fikri, broyé par le presse hydraulique d’un camion à ordures, alors qu’il essayait de protester contre la confiscation de ses poissons.

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha el-Khalfi, a assuré, lors d’une conférence de presse il y a quelques jours, que les revendications des habitants d’al-Hoceïma sont « légitimes », cependant, il a accusé des parties locales (sans les citer) d’avoir l’intention de créer la tension sociale et politique dans la province.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss