Moussa Touati voit la présidence à portée

magharebia.com/Achira Mammeri et Said Jameh
Lundi 6 Avril 2009 - 09:43


Le secrétaire général du Front National Algérien (FNA) et ccandidat présidentiel Moussa Touati estime que son rôle est plus que celui d'un "lièvre" dans une course dont certains affirme qu'elle est déjà tranchée en faveur du candidat sortant, le Président Abdelaziz Bouteflika qui termine son deuxième mandat.


Moussa Touati voit la présidence à portée
Touati, un proche du pouvoir durant les années 1980, devenu ensuite membre de l'opposition, estime avoir une "réelle chance" de remporter l'élection présidentielle.
"Contrairement à ce qui est développé dans beaucoup d’analyses, le sort du scrutin n’est pas ficelé", a-t-il déclaré. Pour faire passer son message, il organise des meetings de campagne dans 36 des 48 wilayas du pays.
Ces rassemblements se poursuivent dans le pays, même si le FNA commence à manquer terriblement de fonds : "Nous avons dépensé pratiquement la totalité de la somme que le parti avait mis en réserve pour ce rendez-vous", a déclaré le responsable de la communication du FNA à Magharebia.
Le chef du parti ne compte cependant pasx renoncer à ses ambitions présidentielles. Alors que la date du scrutin se rapproche, le jeudi 9 avril, Touati endosse déjà sa casquette de futur Président de la République, promettant de nombreuses chosesà une population qui a tourné le dos à la politique.
Touati a clairement expliqué que s'il était élu à la plus haute magistrature, sa première décision serait "la dissolution de l’Assemblée populaire nationale (APN), du fait qu’elle s’est inscrite en porte-à-faux avec les intérêts du peuple", une promesse de campagne destinée à rassembler les Algériens qui en veulent à un parlement qui a voté une augmentation du salaire des députés mais rejeté des projets de loi censés améliorer le pouvoir d'achat des citoyens.
Un autre élément de la plateforme du FNA vise directement les jeunes, qui représentent 75 pour cent de la population et plus de 70 pour cent des électeurs. Touati a promis de réduire la durée du service militaire obligatoire de 18 à 6 mois.
Toujours en direction de la jeunesse, la promesse d'élaborer "de nouvelles règles éthiques pour l'emploi" et à "garantir la liberté d’expression, la libéralisation du domaine de l’audiovisuel, la libéralisation de la publicité".
L'avenir et la stabilité de l'Algérie, explique-t-il, réside dans l'autosuffisance alimentaire. Pour ce faire, son programme économique se fonde sur l'agriculture et sur l'investissement.
Plutôt que de choisir d'annuler la dette des exploitants agricoles comme l'a fait Bouteflika, Touati affirme vouloir se concentrer sur "les secteurs productifs ayant la faculté créative des postes d’emploi, la reconsidération du sol, son aménagement et l'encouragement aux agriculteurs (rentables)."
Les Algériens ont des opinions très divergentes sur le programme de Touati.
Amine, 19 ans, se dit prêt à voter pour Touati, "rien que pour sa proposition concernant le service militaire".
"Touati promet beaucoup de choses", a expliqué Souhila, un étudiant, à Magharebia, "mais il ne nous dit pas comment il compte réaliser ses projets."
Hocine Boulahia, grande figure des médias et analyste politique, estime que Moussa Touati a mûri politiquement depuis les élections municipales et parlementaires de 2007. Il est maintenant capable de développer le type de message politique susceptible d'attirer les électeurs et de remporter l'approbation des citoyens.
Touati se présente lui-même aux électeurs comme le candiadat des pauvres ; son discours dans tout le pays s'attache aux préoccupations et aux doléances des gens simples, des citoyens défavorisés qui ont urgemment besoin de l'aide de la nation, explique M. Boulahia.
Mais le succès potentiel de cette vision populiste est sapé par le choix de l'équipe de Touati, souligne-t-il. "Son parti, le Front National Algérien, est aujourd'hui composé de cadres hybrides dissidents d'autres partis. Cela en fait un candidat vulnérable, car leur loyauté n'est pas à toute épreuve, et il est difficile de se fonder sur elle pour mener à bien les affaires de l'Etat."
Au vu des pouvoirs du Président Bouteflika, Boulahia pense que Touati a peu de chances de remporter les suffrages jeudi. Il ajoute toutefois que parmi les adversaires du Président, Touati est probablement de loin le mieux placé.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss