Qatar Airways suspend sine die la livraison du premier Airbus A350


Mercredi 10 Décembre 2014 - 18:34
AFP


Paris - Qatar Airways, réputée pour ses coups d'éclat, a suspendu sine die la réception du premier Airbus A350 qui était programmée samedi, sans donner de motifs sur cette décision totalement inattendue.


Qatar Airways suspend sine die la livraison du premier Airbus A350
La compagnie avait déjà retardé de plusieurs mois la livraison de son premier A380, jugeant l'aménagement de la cabine imparfait.

La livraison a été "suspendue jusqu'à nouvel ordre", a annoncé mercredi une porte-parole de la compagnie de Doha à Paris, sans être en mesure de fournir la moindre explication sur ce report.

"Nous travaillons étroitement avec Qatar Airways pour parvenir à livrer le premier A350 XWB (extra wide body) très rapidement", a déclaré de son côté un porte-parole de l'avionneur européen, pas plus loquace sur les raisons de cette décision.

Tom Enders, PDG de la maison mère Airbus Group, s'est dit "très confiant" sur une livraison à brève échéance.

Après l'annonce de la suspension, l'action du groupe Airbus a décroché de plus de 9% à la Bourse de Paris.

La livraison d'un nouvel avion est toujours une phase délicate pour un avionneur, la compagnie cliente et ses équipes techniques passant au crible l'appareil et le moindre de ses aménagements: siège par siège, lumière, divertissements en vol, cuisines, toilettes, cockpit, etc. Chaque imperfection est constatée. Et le client peut à tout moment refuser la livraison de l'avion.

Le directeur général de Qatar Airways, Akbar al Baker, connu pour être un client particulièrement exigeant, avait ainsi vertement critiqué les finitions de l'A380 jugées inacceptables, en l'occurence une moquette qui aurait été mal posée. La livraison de l'appareil avait alors été reportée de mai au 18 septembre.

"C'est absolument décevant du point de vue de Qatar Airways", avait-il déclaré à quelques journalistes au salon aéronautique de Farnborough, près de Londres, en juillet. Il avait aussi annoncé qu'il réclamait des compensations à l'avionneur pour le manque-à-gagner en l'absence sur ses lignes de l'avion géant, qui aurait permis d'augmenter les capacités et les fréquences de la compagnie dès le printemps.

Dans le cas de l'A350, les problèmes techniques semblant écartés, les finitions pourraient de nouveau être au coeur du problème.

- Un client crucial pour Airbus -

Cette suspension de dernière minute est d'autant plus surprenante que l'annonce d'une livraison samedi avait été annoncée il y a moins d'une semaine par la compagnie et l'avionneur.

La presse internationale avait même été conviée à prendre place à bord de l'appareil samedi pour son convoyage jusqu'à Doha.

Les deux parties devraient toutefois s'accorder rapidement au risque sinon de compromettre l'exploitation de ce nouvel avion à partir du 15 janvier sur la ligne quotidienne Doha-Francfort qui nécessite un travail de préparation des équipages.

Biréacteur civil équipé des moteurs Trent XWB de Rolls-Royce et capable de transporter 315 passagers sur une distance de 14.500 km, l'A350-900 est le premier appareil mis en service par Airbus depuis le super Jumbo A380 en 2007.

L'avion de Qatar transportera lui 283 passagers dont 36 en classe affaires et 247 en classe économique.

L'A350-900 avait reçu sa certification par les autorités européennes de sécurité aérienne le 30 septembre, préalable à son entrée en service, avant le feu vert américain le 12 novembre.

Le constructeur aéronautique a investi 10 à 12 milliards d'euros dans ce programme stratégique pour concurrencer les 787 Dreamliner et les 777 de son rival américain Boeing et conforter sa présence sur le marché lucratif des long-courriers.

Fabriqué en majorité de matériaux composites, l'A350 promet des économies de carburant de 25% par rapport au 777 et de 6% par rapport au 787, un point crucial pour des compagnies en quête de réduction de coûts.

Qatar Airways est un client de plus en plus important pour Airbus. Il est le premier client de l'A350 avec 80 exemplaires commandés dont 43 A350-900 et 37 A350-1000 (369 sièges, prévu pour mi-2017), illustrant l'appétit insatiable des compagnies du Golfe pour les nouveaux avions modernes. Qatar sera d'ailleurs une nouvelle fois le client de lancement de l'A350-1000.

Avec 778 commandes à fin novembre, le programme est déjà un succès commercial avec des contrats remarqués au Japon (31 exemplaires achetés par la Japon Airlines) et aux Etats-Unis (25 appareils par Delta Air Lines). Le PDG d'Airbus Fabrice Brégier a récemment estimé le potentiel de l'A350 à 2.500 avions.

Boeing a, lui, déjà accumulé 1.055 commandes pour son Dreamliner.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss