Syrie/Etats-Unis : un nouveau chantier

Hdhod - Thomas A. Dine et Sonya Reines-Djivanides
Mardi 14 Juillet 2009 - 12:04


Thomas A. Dine et Sonya Reines-Djivanides (Hdhod) - Comme une maison sinistrée, la relation entre les Etats-Unis et la Syrie a depuis longtemps besoin de travaux et de rénovations. Depuis que le Président Obama, dans son discours d’investiture du 20 janvier, avait appelé au rapprochement avec les adversaires, des efforts lents mais déterminés ont été faits de part et d’autre pour remettre sur pied les fondations et les murs d’une maison chancelante.


Syrie/Etats-Unis : un nouveau chantier
Comme chacun sait, les relations bilatérales s’étaient écroulées, faute du ciment indispensable que sont le respect et la confiance. Dans un sondage de l’Institut Gallup réalisée en mars 2009, 64% des Syriens avaient une opinion défavorable des Etats-Unis et 71% avaient une opinion défavorable des dirigeants de ce pays. Les résultats inverses seraient probablement identiques.

Mais si l’enquête se faisait aujourd’hui, on observerait sans doute un revirement des opinions. Les deux gouvernements se sont déclarés désireux d’améliorer leurs relations, autant dire qu’ils veulent se mettre à réparer au moins les portes et les fenêtres.

Les deux pays se sont donc mis à la tâche. La diplomatie syrienne châtie son langage et Washington a cessé de réclamer un changement de régime. Au contraire, le Président Bachir al-Assad et Walid Mouallem, son ministre des Affaires étrangères, proposent de tout reprendre à zéro.

L’équipe Obama a reconnu l’importance de la Syrie et le rôle qu’elle doit jouer dans la construction d’une région libérée de ses conflits meurtriers et coûteux. Jaffrey Feltre, Secrétaire d’Etat adjoint chargé du Moyen-Orient et Dan Shapiro, du Conseil national de sécurité, se sont rendus par deux fois à Damas ; une délégation militaire du Central Command a rencontré ses homologues en Syrie pour y parler sécurité ; et Walid Mouallem et Hillary Clinton ont eu une conversation téléphonique fructueuse dans laquelle ils envisageaient le parcours à suivre pour faire avancer le rapprochement. Et voici que les Etats-Unis, enfin, annoncent l’envoi d’un ambassadeur à Damas, poste laissé volontairement vacant depuis quatre longues années.

La perspective d’un rétablissement de relations plus fonctionnelles semble se confirmer.

Pour Damas, cette nomination équivaut à une consolidation des fondations de la relation. Mais il ne s’agit que de la première des nombreuses mesures diplomatiques qu’il faudra mettre en place pour reconstruire tout l’édifice.

Certes, les Etats-Unis et la Syrie sont en total désaccord sur la plupart des problèmes. Pourtant, ils partagent des intérêts communs.

A commencer par l’Irak. La coopération trilatérale contre le terrorisme entre la Syrie, les Etats-Unis et l’Irak pour assurer la sécurité des frontières est un volet crucial de la coopération. L’accord sur le Statut des Forces (SOFA) prévoit le retrait de des forces américaines, mais sans aborder une multitude d’autres problèmes que seul un rapprochement entre les Etats-Unis et les voisins de l’Irak, à commencer par la Syrie, pourra résoudre. La Syrie ne cache pas son désir de voir l’Irak retrouver la paix, un gouvernement central stable et solide. Ce qu’elle craint par dessus tout, c’est d’avoir sur son flanc occidental un pays doté d’un gouvernement central faible et en proie à des conflits sectaires.

La Syrie pourrait aussi aider les Etats-Unis à trouver une porte de sortie constructive pour quitter l’Irak. Et les Etats-Unis pourraient favoriser une coopération économique renforcée entre l’Irak et la Syrie. Pendant ce temps, par le truchement d’un envoyé spécial, George Mitchell, les Etats-Unis renversent leur politique de non-intervention à l’égard des négociations syro-israéliennes qui se déroulent depuis un an et demi sous médiation turque. Plus précisément, les hautes sphères politiques des Etats-Unis cherchent le moyen de coopérer avec la Turquie pour faciliter les retrait d’Israël du plateau du Golan, laissant ainsi le champ libre à la création d’un espace démilitarisé en échange de la paix et de la normalisation des rapports entre ces deux pays.

Pour aller de l’avant, il faudra que Damas et Washington reconnaissent les avancées lorsqu’elles sont réelles, au lieu de s’entêter à présenter des revendications irréalistes.

A lui seul, l’effort de rapprochement du gouvernement Obama ne suffira pas à rebâtir l’édifice en ruines. Il y aura des hauts et des bas, il faudra consolider. Mais un engagement constructif de part et d’autre est la seule façon de faire avancer le chantier. Dans cet ordre d’idées, la Syrie ne peut ignorer la demande américaine de voir la région enregistrer des changements positifs.

Il faudra du temps pour restaurer une relation chargée de sens. Par la confiance d’abord, puis un rapprochement pas par pas, chacun son tour. Que la reconstruction et la restauration se poursuivent, pierre par pierre.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss