"Tombeau pour Jean Sénac", un hommage collectif au poète algérien 40 ans après sa mort


Vendredi 8 Novembre 2013 - 11:38
APS


Alger - Dans "Tombeau pour Jean Sénac", des universitaireset auteurs algériens et français analysent la vie et l'oeuvre du poète algériendans un ouvrage collectif qui parait à l'occasion du quarantième anniversairede sa mort aux éditions Aden.


Hamid Nacer Khodja
Hamid Nacer Khodja
Dirigé par le professeur de littérature et spécialiste du poète, Hamid Nacer Khodja, ce recueil de textes critiques et de témoignages propose deslectures de l'oeuvre de Jean Sénac à partir d'éléments biographiques qui ontconstitué des thèmes majeurs de sa poésie, et souligne son rôle "d'animateurculturel" en Algérie, particulièrement à travers ses critiques de peintureset son engagement pour la promotion de jeunes auteurs algériens.

Présenté en trois parties ("Voix polyphoniques d'une oeuvre", "D'uneoeuvre polygraphe" et "Le poète en son regard critique"), ce livre de 496 pagesa réuni quatorze auteurs, universitaires, poètes, écrivains ou amis de JeanSénac qui rendent un hommage à la "multiplicité" d'une écriture"anticonformiste",inspirée de ses "drames intimes" (enfance pauvre, absence du père, homosexualité,etc.) et nourrie de son engagement pour l'indépendance de l'Algérie.

Ainsi, Christiane Chaulet-Achour propose dans "Mises en scène de JeanSénac" une lecture du roman autobiographique du poète "Ebauche du père" (1989)et s'attache à analyser la manière dont Jean Sénac s'est construit une identitéalgérienne en transcendant le flou de ses origines, préférant la "création"et le "fantasme" au témoignage sur son enfance.

Cette spécialiste des littératures francophones analyse les différentesreprésentations de la figure du poète dans des textes, poétiques et des fiction,écrits après sa mort, à l'exemple du livre "Nour le Voilé" (1982) du journalistefrançais Serge Michel.

La quête du poète d'une identité "plurielle" est également évoquéepar l'universitaire française, Katia Sanson, à travers la correspondanceentre Sénac et sa mère, Jeanne Comma, femme de ménage espagnole qui a jouéle rôle, écrit-elle, d' "initiatrice au monde merveilleux où il lui semblaitqu'elle était chez elle parmi toutes les communautés" dans l'Algérie d'avantl'indépendance.

Dans un autre texte, Dominique Combe, professeur à l'Ecole Normale française,identifie le destin de Sénac, "poète +algérien+ d'origine européenne", mortassassiné le 30 août 1973, à la "tragédie algérienne", prise au sens du tragiquechez les Grecs qui confronte, dit-il, "le destin individuel" au "collectif".

L'auteur illustre, par ailleurs, son propos par la double évocationde la pièce de Kateb Yacine "Le Cadavre encerclé"(1959) et de "Soleil interdit"(pièce de Sénac jamais publiée), deux tragédies contemporaines écrites durantla guerre.

A côté des lectures de l'oeuvre du poète, d'autres auteurs comme MichelGeorges-Bernard soulignent la proximité de Jean Sénac avec des peintres algérienscomme Mohammed Khadda et Denis Martinez et évoquent ses nombreux textes critiquespubliés entre 1946 et 1973.

Dans "Trois actions de Jean Sénac en Algérie postcoloniale", Hamid NacerKhodja s'est attelé à mettre en exergue le rôle de Jean Sénac dans la promotionet la construction d'une culture algérienne au lendemain de l'indépendance.

L'universitaire et ami du poète rappelle les efforts Jean Sénac pourl'édification d'une culture authentiquement algérienne dès 1962, illustrés danssa participation à la reconstruction de la Bibliothèque nationale et par safonction de secrétaire général de l'Union des écrivains algériens, postequ'il occupera jusqu'à sa démission en 1967.

La dernière période de la vie du poète est au centre des témoignagesde Hamid Tibouchi et de Salah Guemriche qui abordent, tous à deux, aussi bienl'extrême dénuement dans lequel vivait Sénac que la dignité et la force dontil a fait preuve jusqu'à sa mort.

"Tombeau pour Jean Sénac" est, en outre, accompagné d'une bibliographiecomplète du poète augmentés d'articles, critiques et journalistiques, consacrésà Sénac en Algérie et en France entre 1954 et 2013.

Natif de Beni Saf (Oranie) en 1926, Jean Sénac est l'auteur d'une oeuvrepoétique riche dans laquelle il a exalté l'amour et la révolution.

Ami de René Char et d'Albert Camus, avec lequel il a rompu à cause deses positions politiques durant la guerre de libération, Sénac a activementmilité pour l'indépendance de l'Algérie et la promotion d'un art et d'une littératurespécifiquement algériens.

Jean Sénac a été assassiné le 30 août 1973 à Alger.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss