Turquie: Au moins 1300 gardes-à-vue dans le cadre de l'enquête sur la tentative de soulèvement militaire du 15 juillet


Lundi 18 Juillet 2016 - 09:06
AA


Ankara - Au moins 1300 membres des Forces armées turques, suspectés d'adhérer à l'organisation terroriste parallèle FETO/PDY, ont été placés, ce samedi, en garde à vue.


Un soulèvement militaire organisé par des soldats et généraux membres du FETO/PDY a été mené, dans la nuit du vendredi au samedi, dans la capitale Ankara et la métropole Istanbul. Les auteurs du soulèvement ont bombardé des zones de la ville, y compris le Parlement.

L'administration turque, dont le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre Binali Yildirim, et des ministres, ont appelé le peuple à descendre dans les rues pour manifester contre la tentative militaire et la fausse déclaration de coup d'Etat qui avait été diffusée sur la chaine nationale TRT.

Les putschistes ont perquisitionné plusieurs endroits dont les locaux de la TRT et ceux de la chaîne CNN Turk. Tôt le samedi 16 juillet, les soldats se sont retirés et le soulèvement a été maîtrisé.

Les dirigeants ont appelé le peuple turc à continuer à rester dans les rues dans la soirée courante [samedi], en opposition au «faux» couvre-feu.

Selon un bilan annoncé tôt dans la matinée par les autorités turques, 1374 membres des Forces turques ont été placés en garde à vue dans le cadre des enquêtes lancées sur le soulèvement des militaires membres du FETO. Ce nombre continue d'augmenter.

Ainsi, treize soldats dont trois gradés, membres du FETO, tentant de s'introduire au palais présidentiel à Ankara, ont été placés en garde à vue.

Les soldats qui ont tenté de saisir le siège de la Direction générale de la TRT ont également été placés en garde à vue. La diffusion normale de la TRT a repris son cours.

Le directeur général de la Police, Celalettin Lekesiz avait dit, samedi matin, que le Commandement général de la Gendarmerie à Ankara avait été pris en otage par les membres du FETO.

«Ils essayaient de contrôler les gendarmeries de la Turquie entière, a-t-il fait savoir. Ils ont été assiégés. Les affrontements se poursuivent depuis hier [vendredi] soir. Parmi les putschistes, seize ont été retrouvés morts et environ 250 autres ont été placés en garde à vue.»

En outre, douze militaires, dont deux généraux (un amiral), un colonel et deux lieutenants-colonels, ont été placés en garde à vue à Izmir (Ouest), ainsi qu'un autre colonel et un général à Bursa (région de Marmara), un général à Hatay (Sud), un amiral à Canakkale (Ouest), un général à Bingol (Est), un général à Bolu (Nord-Ouest) et un autre à Mardin (Sud-Est).

Par ailleurs, un général à Balikesir (Ouest), un général à Mugla (Ouest), un autre à Amasya (Nord) ont été placés en garde à vue. Deux autres ont été mis sous détention à Isparta (Anatolie centrale-Ouest).

Quant à Sirnak (Sud-Est), un général, 309 soldats dont deux majors et trois capitaines, ont été placés en garde à vue. À Hakkari (Sud-Est), un général a été placé en garde à vue.

Un général a été placé en garde à vue à Kocaeli (Nord-Ouest), puis un autre à Adana-Incirlik (Sud), et trois autres à Eskisehir (Anatolie centrale).

Près de cents membres de l’armée en fonction dans la huitième base principale aérienne de Diyarbakir, parmi lesquels figurent des procureurs et juges militaires, ont été placés en garde à vue.

De plus, le nombre de personnes ayant été placées en garde à vue dans la quatrième base principale aérienne d’Akinci, à Ankara, s’élève à 72.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss