36 pays condamnent le meurtre de Khashoggi et appellent à juger les responsables


Vendredi 8 Mars 2019 - 15:41
AA


Trente-six pays ont fermement condamné, jeudi, le meurtre du journaliste saoudien, Jamal Khashoggi, et ont appelé à juger ses auteurs.


C'est ce qui ressort d'un communiqué commun rendu public par les 36 pays, lu par l'ambassadeur islandais, Harald Aspelund à l'office de l'ONU à Genève, devant le Conseil des Droits de l'Homme. 

"Nous condamnons avec la plus grande fermeté le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dont l'Arabie saoudite a confirmé qu'il avait eu lieu dans son consulat à Istanbul", indique le communiqué. 

Il a noté que l'assassinat de Khashoggi souligne la nécessité de protéger les journalistes dans le monde et souligne également l'importance de la liberté d'expression. 

"Les enquêtes doivent être rapides, efficaces et approfondies, indépendantes, impartiales, et transparentes. Les auteurs doivent rendre des comptes (sur le crime)", a-t-il ajouté.

Aspelund a appelé l'Arabie Saoudite à divulguer toutes les informations disponibles et à coopérer pleinement à toutes les investigations sur le meurtre, y compris l'enquête menée par la Rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires", Agnès Callamard.

"Les circonstances du décès de Khashoggi rappellent la nécessité de protéger les journalistes et de défendre le droit à la liberté d'expression partout dans le monde", a-t-il martelé.

La déclaration commune a été signée par les 28 pays de l'Union européenne, ainsi que par l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Monténégro, la Norvège, l'Islande, les Principautés de Monaco et de Liechtenstein. 

Cette déclaration constitue un précédent pour le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, créé en 2006, et l'Arabie saoudite devrait répondre lors d'une session du Conseil dans l'après-midi.

Khashoggi avait été tué le 2 octobre dans le consulat saoudien à Istanbul, en Turquie et son meurtre avait, depuis, bouleversé l'opinion internationale. 

Après 18 jours de déni et d'interprétations contradictoires, Riyad avait reconnu l'assassinat de Khashoggi à l'intérieur de son consulat, à la suite d'une "querelle" avec des ressortissants saoudiens. 

Les autorités saoudiennes avaient également annoncé l'arrestation de 18 citoyens dans le cadre de l'enquête, sans pour autant révéler les responsables du crime ni l'endroit du cadavre.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Samedi 21 Septembre 2019 - 11:32 Prison avec sursis requise contre Mélenchon

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement