Affaire Sarraf : Washington esquive des demandes de clarifications concernant l’obtention d’indices


Mercredi 22 Novembre 2017 - 12:37
AA


Le Département d’Etat américain et le ministère de la Justoce ainsi que le Bureau du Procureur du district sud de New York, ont évité de répondre aux questions des correspondants d’Anadolu concernant la manière d’obtention des indices dans l’affaire de Riza Sarraf, l’homme d’affaires turc d’origine iranienne, détenu aux Etats-Unis.


Les questions nécessitaient des réponses concernant la source privées des indices relatifs à l’affaire Sarraf, dont le procès est prévu pour la semaine prochaine. 

Concernant l’affaire Sarraf, le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, s'était interrogée, auparavant, «Comment, quand, d’où, et de la part de qui avez-vous obtenu les prétendus indices ? Possédez-vous des preuves originales ou des copies, ou alors sont-elles truquées ? ». 

Les correspondants d’Anadolu avaient demandé, dans une demande d'éclaircissement envoyée au Département d’Etat, au ministère de la Justice et au Bureau du Procureur du district sud de New York, dans laquelle ils s'interrogent sur la méthode suivie pour "l'obtention des preuves dans le dossier Sarraf ?. Cela aurait-il été possible via des actes d'espionnage".

Cependant, les parties mentionnées se sont contentées de répondre à la demande d'éclaircissement par un laconique : «Nous ne souhaitons pas commenter".

Il est à noter que Sarraf avait été arrêté en mars 2016 par les autorités américaines à l’aéroport de Miami (est), sur fond d’accusations portées à son encontre et contre d’autres iraniens «de contournement des sanctions économiques américaines infligées à l'Iran (2010 à 2015)», accusations rejetées par les avocats des personnes interpellées.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod