Etats-Unis/Mort de Stephon Clark: Une violence policière systémique contre les Noirs américains?


Jeudi 5 Avril 2018 - 11:37
AA


Le récent meurtre d’un jeune afro-américain musulman de 22 ans par la police, relance le débat sur les violences policières racistes aux États-Unis.


Le 18 mars 2018, le jeune Stephon Clark a été violemment tué par deux officiers de police à Sacramento en Californie. Alors qu’il était dans le jardin de sa grand-mère, il s’est fait tiré dessus à 20 reprises par les policiers, qui ont prétexté que ce dernier avait pointé une arme sur eux. 

Or, la seule chose retrouvée sur le jeune homme, était son téléphone, mais nul ombre d'une arme, rapporte la presse locale. 

Pire encore, l'autopsie a révélé que Stephon Clark tournait le dos aux policiers lorsqu'il a été touché par huit balles, d'après la même source qui qualifie le crime de « gratuit ». 

Surtout que, d'après les témoignages, Stephon était, pour les policiers « un fugitif recherché pour des casses dans le quartier ». Or comment pouvaient-ils envisager qu'il était bel et bien coupable si ce n'est pas sur la base de sa couleur de peau ?, s'interroge la famille. 

L'indignation est vive depuis la mort brutale du jeune afro-américain, qui laisse derrière lui une épouse et deux jeunes enfants. 

Mardi 27 mars, un groupe de manifestants du « Black Lives Matter » ont interrompu une réunion à la Mairie de Sacramento pour réclamer justice pour Stephon Clark. Le frère du défunt était présent pour porter la voix de la famille. Le frère Clark a d’ailleurs fait plusieurs apparitions remarquées dans les médias, notamment sur CNN, 

Par ailleurs, les manifestations d’indignation se sont multipliés à Sacramento mais aussi dans plusieurs autres villes des Etats-Unis depuis le meurtre du jeune homme. 

Stephon Clark qui était musulman a été enterré conformément à la tradition musulmane. Sa prière mortuaire (Janaza) a eu lieu le 29 mars et a été dirigée par l’imam Zaid Shakir, qui s’était déjà occupé du service funéraire du célèbre boxeur Muhammad Ali en 2016, peut-on lire sur la page Facebook du guide religieux. 

Un autre imam américain de renommée, Omar Suleiman, qui a participé au lavage rituel de Stephon, a affirmé sur sa page Facebook que le corps du défunt était tellement endommagé par les balles, qu’ils n’ont pas pu effectué le lavage rituel (ghusl), mais ont dû utiliser le rituel de substitution du lavage symbolique (tayammum). L'imam s'est d'ailleurs dit horrifié par la vue du corps abimé. 

Une cérémonie d’obsèques, qu’Anadolu a pu visionner, a eu lieu le 29 mars dernier, rassemblant des centaines de participants. Le révérend Sharpton, figure historique du mouvement des droits civiques, comptait parmi les intervenants. 

Dans une cérémonie pleine d’émotions, ce dernier a eu des mots forts, accusant la police de tuer des jeunes noirs dans le pays et affirmant son soutien total à la famille de Stephon Clark. 

Le révérend a également déclaré que les deux enfants de Stephon relevaient désormais de la responsabilité de la communauté et qu'il fallait se battre pour que justice soit faite à échelle nationale. 

Le frère de la victime, s'est lui aussi exprimé à plusieurs reprises, appelant les participants à crier le nom de son frère en levant le poing en l’air en signe de résistance. 

L’imam Omar Suleiman a quant à lui cité Malcolm X qui avait en son temps dit que si les Noirs sont brutalisés en Amérique, ce n’est pas pour leur religion mais pour leur couleur de peau. 

Il a affirmé que « tout le monde devait réagir à cette situation et qu’il ne fallait pas laisser les médias tuer une nouvelle fois Stephon en racontant des mensonges sur lui », car « les mêmes médias qui humanisent les terroristes blancs diabolisent les victimes noirs », dénonçant ceux qui tentent de jeter la suspicion sur la victime, pour inséminer dans l’esprit des gens qu’il ne mérite pas d’être défendu. 
«C’est un problème systémique pas une simple erreur » a dit l’imam, pointant du doigt tout un système qui depuis des années permet ce type de crimes. 

L’imam Zaid Shakir a, lors de sa prise de parole, cité les noms de nombreuses autres personnes tuées par la police ces dernières années, pour mettre en exergue la gravité du phénomène et inscrire la mort de Stephon dans une problématique beaucoup plus large, réaffirmant qu’il s’agissait d’un véritable problème systémique. 

Le religieux a aussi rappelé que les gens de toutes les couleurs et religions pouvaient être victimes et qu’il fallait donc, en ce sens, s’unir pour la justice. 

Le meurtre de Stephon Clark relance le débat sur un problème endémique aux Etats-Unis qui dure depuis des décennies. 

Les violences policières, qui touchent principalement des individus à la peau noire, ont en effet fait de nombreuses victimes dans le pays et les coupables bénéficient presque toujours d’une forme d’impunité. 

Selon un rapport de «Mapping Police Violence», qui répertorie les décès sous les balles policières, sur 1146 personnes tuées en 2017, 25% étaient de couleur noire, alors qu'ils ne représentent que 13% de la population globale. Autrement dit, les Afro-américains ont trois fois plus de chance d'être tués que les Blancs aux États-Unis. 

Ces dernières années ont donc vu de nombreux afro-américains tués, à l’instar de Eric Garner, étouffé lors d’une interpellation policière en 2014 à New York, Michael Brown, un noir américain de 18 ans, abattu de six balles par un policier à Ferguson en 2014 alors qu’il était non armé, ou encore en 2016, l’employé de cantine scolaire Philando Castile abattu sous les yeux de sa compagne et de sa fille. 

La problématique ne se limite pas à l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, même si les messages envoyés par ce dernier aggravent les tensions. Bien que le discours était différent, la réalité était la même sous la présidence d'Obama, qui n’a pas changé la situation. 

Si Barack Obama a déjà dénoncé les violences policières, notamment à la suite de certains faits divers dramatiques médiatisés, en venant même à promettre de réformer la police, finalement, rien n'a véritablement changé. 

Sa réaction très timide après la mort de Freddie Gray, un jeune homme noir décédé après avoir été embarqué par la police, témoigne du manque de volontarisme d’Obama, trop soucieux de ne pas paraitre comme “favorisant” sa communauté, selon les observateurs politiques. 

Déjà en 1962, un autre afro-américain musulman, Ronald Stokes, âgé de 20 ans, avait été tué sans raison par la police à Los Angeles. Ce dernier, ainsi que six autres personnes se sont fait tirer dessus par la police dans une mosquée alors qu’ils n’étaient pas armés. 

À l’époque, Malcolm X avait dénoncé « un crime produit par un système raciste » et dénonçait la couverture médiatique qu'il accusait de vouloir faire passer les victimes pour des coupables. 

Comme pour le cas de Stephon Clark, les policiers avaient affirmé avoir agit en état de légitime défense, alors que les victimes n’étaient pas armées, et déjà à l’époque, de manière encore plus spectaculaire, ces policiers auteurs de crimes étaient blanchis par la justice. 

Malcolm X avait tenté d’organiser une mobilisation nationale, dépassant les clivages religieux et idéologiques, contre les violences policières racistes, à la suite du meurtre de son ami Ronald Stokes, comme tentent de le faire aujourd’hui les soutiens de Stephon Clark et comme le fait depuis plusieurs années le mouvement « Black Lives Matters ». 

On retrouve encore actuellement, dans les différents cas de violences et crimes policiers, les mêmes mécanismes, en faisant passer les victimes pour des coupables, en les diabolisant médiatiquement, en justifiant les meurtres par la « légitime défense » et en blanchissant les coupables judiciairement. 

Seule une réforme de fond du système américain pourrait faire évoluer la situation, estiment les observateurs. Mais les tendances actuelles de l’administration Trump, favorisant la surenchère et même parfois les conflits raciaux, comme nous l’a montré la manifestation de Charlottesville d’Août 2017, laissent plutôt envisager le maintien de ce système injuste, permettant la mort de citoyens américains et maintenant les « Noirs des quartiers pauvres » dans un statut de « sous citoyens ».


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss