France/ Présidentielle: Macron met en garde contre une ingérence russe


Samedi 18 Février 2017 - 10:41
AA


Paris - Emmanuel Macron a affirmé vendredi être victime d'attaques provenant d'Ukraine et de Russie, sous forme de cyberattaque ou encore de rumeurs, à l'encontre de sa campagne présidentielle.


L'élection présidentielle "n'est pas truquée mais nous avons subi des attaques répétées, multiples, de hackers sur notre site internet, beaucoup viennent d'Ukraine avec de fortes présomptions", a déclaré le fondateur du mouvement "En Marche" sur Radio Classique, assurant également avoir transmis des "preuves" de ces attaques.

L'ancien ministre de l'Economie a par ailleurs pointé du doigt les médias russes, dénonçant les "rumeurs" qu'ils ont lancées à son encontre. "Je souligne que plusieurs sites Sputnik ou Russia Today, où vous avez beaucoup de journalistes français dont l'orientation politique n'est pas à démontrer [lancent] des propos assez infamants qui ne relevaient pas du journalisme mais plutôt de la pire presse d'opinion", a-t-il indiqué.

"Le mouvement "En Marche!" a souligné à la fois ces attaques internet et d'autre part ces positionnements répétés de médias identifiés, avec aussi des hommes politiques dont les accointances avec la Russie sont connues ", a-t-il poursuivi.

Le mouvement indépendant de Macron serait dans le viseur du Kremlin alors que le gouvernement français s'inquiète de plus en plus d'une "ingérence" russe dans les élections présidentielles du printemps prochain.

"Le Kremlin a choisi ses candidats, François Fillon et Marine Le Pen, pour une raison très simple: ils ne souhaitent pas une Europe puissante, ils veulent une Europe faible", avait martelé Benjamin Griveaux, porte-parole d'"En Marche" sur iTélé.

Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche, avait également accusé la Russie de tenter de "déstabiliser" la présidentielle en France, visant en particulier le mouvement de Macron.

"Depuis plusieurs semaines maintenant, Russia Today et SputnikNews s’acharnent à répandre sur Emmanuel Macron les rumeurs les plus diffamatoires. Un jour, il est financé par « le riche lobby gay », un autre, il est un « agent américain au service du lobby bancaire ». Ces deux sites se font le relais privilégié de toutes les attaques subies par Emmanuel Macron, et notamment des menaces de Julian Assange", affirmait Ferrand, dans une tribune publiée mardi au Monde.

Le secrétaire général d'En Marche avait également appelé le président français François Hollande à veiller à ce que "toutes les conditions de sécurité soient assurées contre les cyberattaques et ingérences dont cette élection présidentielle est la cible afin de garantir le déroulement démocratique normal de l’élection".

Revenant sur les possibles "ingérences" des Etats étrangers, notamment la Russie, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a promis de son côté des "mesures de rétorsion".

"Aucun État étranger ne peut influencer le choix des Français, ne peut choisir le futur président de la République", a déclaré le chef de la diplomatie française jeudi à l'Assemblée nationale, annonçant que le Conseil de défense aura une réunion exceptionnelle la semaine prochaine "pour renforcer les mesures qui sont déjà prises contre les cyberattaques". 


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss