Grèce: au moins douze morts dans le naufrage d'un bateau de migrants


Vendredi 15 Novembre 2013 - 11:07
AFP


Athènes - Un nouveau drame de l'immigration a fait au moins douze morts, dont des enfants, vendredi sur la côte ouest de la Grèce, lors d'un naufrage auquel 15 personnes ont survécu.


Douze migrants, dont quatre enfants, ont été découverts noyés par la police portuaire grecque, tôt dans la matinée au large de l'île de Lefkada, en mer ionienne, et tout près des côtes de la Grèce continentale où leur embarcation d'environ huit mètres de long a chaviré.

Selon l'agence de presse grecque Ana, les enfants, trois garçons et une fillette, étaient âgés de trois à six ans. L'agence a ajouté que les naufragés "sont probablement syriens".

L'itinéraire du bateau n'a pas été encore établie par les autorités qui ont ouvert une enquête, a précisé une responsable du bureau de presse de la police portuaire à l'AFP.

"Quinze migrants sont rescapés du naufrage et les recherches se poursuivent pour découvrir éventuellement d'autres victimes", a ajouté cette responsable.

Les autorités ont été prévenues du naufrage par des rescapés qui ont pu gagner la côte de Paleros, une localité située en face de l'île de Lefkada, selon la même source.

"La manière dont l'accident s'est produit est étrange, parce que les conditions climatiques ce matin étaient excellentes dans la région, et le bateau a chaviré lorsqu'il était près de la côte", a déclaré le maire de Lefkada, Costas Aravanis, à la télévision Skaï.

Certains des rescapés vont être hospitalisés dans les hôpitaux de Lefkada et Préveza, une ville proche.

Point de passage habituel pour les migrants

Située dans le sud-est de l'Europe et avec des frontières maritimes étendues en Méditerranée, la Grèce est un point de passage habituel pour les migrants venant d'Asie et à destination de l'Europe occidentale.

Outre la mer Egée dans l'est du pays, qui sépare la Grèce de la Turquie, la mer ionienne, dans l'ouest, entre la Grèce et l'Italie, est également une des voies utilisées depuis plus d'une décennie par les migrants appareillant soit des côtes grecques, soit des côtes africaines.

La guerre civile en Syrie a fait augmenter le nombre d'immigrants, contraignant la Grèce, assistée par le dispositif européen FRONTEX, à renforcer les patrouilles sur sa frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie, et dans les zones maritimes.

Des centaines de migrants, à bord d'embarcations souvent bondées et sans équipements pour la haute mer, sont secourus chaque jour en Méditerranée, mais d'autres périssent avant d'atteindre les côtes européennes.

Ainsi le 3 octobre, près de l'île italienne de Lampedusa, où un bateau de pêche transportant plus de 500 personnes, en majorité des Erythréens, avait pris feu et fait naufrage en pleine nuit. Au moins 366 passagers, dont beaucoup de femmes et d'enfants, s'étaient noyés, un drame qui avait choqué l'Europe entière.

D'autres ont plus de chance, comme cette trentaine de candidats à l'exil en perdition en Méditerranée qui ont pu être sauvés en début de semaine grâce à l'alerte donnée par un commissariat de police de la banlieue de Paris, à quelque 2.000 km de là.

C'est un Kurde irakien, frère d'un des naufragés, qui a donné l'alerte à un commissariat de Poissy dans la banlieue parisienne, déclenchant, avec l'aide d'une femme policier, une alerte entre la France, l'Italie et la Grèce, et le sauvetage des migrants, en mer ionienne.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss