Hollande fête le 3e anniversaire de sa victoire en prônant "confiance" et "progrès"


Mercredi 6 Mai 2015 - 18:57
AFP


François Hollande a fêté mercredi le troisième anniversaire de sa victoire le 6 mai 2012, en prônant "confiance, protection, progrès", sur fond de sondages anémiques et de l'attente jusque-là déçue d'une décrue du chômage, condition de sa candidature en 2017.


Hollande fête le 3e anniversaire de sa victoire en prônant "confiance" et "progrès"
Alors que ses opposants étrillent le bilan de ses premières années à l'Elysée, M. Hollande s'est fixé en Conseil des ministres "trois grands objectifs" pour l'avenir : la confiance d'abord (...) la protection des Français à la fois à l'extérieur et à l'intérieur (...) le progrès, sinon ce sont les nostalgies qui prennent le pas", a rapporté le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Il a également prôné "l'exemplarité", tandis que son Premier ministre Manuel Valls a dit sa volonté de "rendre la France plus forte et plus juste".

Le président est "le bouclier" et son Premier ministre "le glaive", a résumé à sa manière le numéro un du PS Jean-Christophe Cambadélis.

L'ensemble du gouvernement a ensuite été convié à un apéritif par M. Hollande pour fêter sa victoire de 2012.

Devant la presse, M. Le Foll a lui résumé "les 60 engagements pour la France" pris par François Hollande lors de sa campagne électorale et réunis dans une brochure de 114 pages, sous-titrée "trois ans plus tard".

La vieille au soir, quelque 200 "Hollandais" - ministres, parlementaires, militants - s'étaient réunis à l'Assemblée nationale pour entamer l'indispensable "travail de reconquête" dans les deux ans à venir.

Une lourde tâche pour un président qui stagne toujours à des niveaux historiquement bas dans les sondages.

Selon une récente enquête CSA, 81% des Français jugent négatif le bilan de ses trois ans à l'Elysée.

A droite comme à gauche, l'anniversaire a pour beaucoup un goût amer. "Echec social, financier et politique", tranche Pierre Laurent (PCF). "Bilan totalement négatif", clame Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), "Bilan économique et social calamiteux" pour le FN.

-'Trois années de tromperies'-

"Trois années de tromperies. Quel triste anniversaire!" a lancé pour sa part le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, dans une interview au Figaro, estimant que "l'échec le plus flagrant" de son rival est "celui du chômage".

Alors que la promotion de la jeunesse avait été au coeur de sa campagne victorieuse de 2012, M. Hollande devait retrouver à 17H00 huit jeunes de 20 à 25 ans - quatre hommes et quatre femmes aux profils divers - pour un débat au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Rencontre qu'il conclura par une intervention où il devrait une nouvelle fois remettre en perspective ses trois premières années de mandat.

La rencontre a des airs de déjà-vu, quelques semaines après son dialogue avec des lycéens de Thiais le 19 avril sur le plateau de l'émission Le Supplément de Canal+.

Etudes, emploi, engagement associatif devraient être au cœur de ce nouveau dialogue avec la jeunesse.

Depuis plusieurs semaines, le chef de l'Etat laboure à nouveau ce terrain avec assiduité et nombre de ses derniers déplacements ont été consacrés à cette thématique.

Le 27 avril, il annonçait à Alençon la création en métropole de sept centres du "service militaire volontaire", le 30 à Brest il détaillait des mesures en faveur de l'apprentissage et jeudi il rendra visite à un collège des Mureaux (Yvelines).

Mais malgré une multiplicité de dispositifs (garantie jeunes, service civique, contrats aidés, prime d'activité), l'action du gouvernement en faveur de l'emploi des jeunes connaît des résultats en dents de scie.

Contrairement aux mois précédents, le nombre de jeunes sans aucune activité s'est fortement accru en mars (+1% par rapport à février), la hausse atteignant +1,5% sur un an.

Malgré de bons résultats à l'international (avec la vente récente d'avions Rafale à trois pays étrangers, une première) François Hollande entre ainsi dans la dernière ligne droite de son quinquennat avec un bilan plombé par un chômage massif, qui a globalement franchi la barre record de 3,5 millions de demandeurs d'emploi le mois dernier.

Une situation de mauvais augure pour 2017, alors qu'il a conditionné sa candidature à l'inversion de cette courbe ascendante.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss