JO-2014: la flamme à Sotchi, des manifestations dans le monde


Mercredi 5 Février 2014 - 16:23
AFP


Sotchi (Russie) - La flamme olympique des Jeux d'hiver arrive mercredi à Sotchi, tandis que des manifestations sont prévues dans le monde entier contre une loi russe "anti-gay", à deux jours de la cérémonie d'ouverture des JO.


Le président russe Vladimir Poutine doit rendre visite aux athlètes dans les villages olympiques, au moment où les organisateurs s'activent pour mettre la touche finale aux travaux avant la cérémonie d'ouverture dans le stade Fisht flambant neuf construit au bord de la mer Noire.

M. Poutine a promis que les Jeux d'hiver organisés pour la première fois par la Russie et d'un coût global sans précédent (50 milliards de dollars, 37 milliards d'euros) seraient accueillants pour tout le monde, alors que la controverse sur une loi russe "anti-gay" entrée en vigueur en juin dernier est toujours d'actualité.

L'ONG de défense LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels) All Out organise ainsi des manifestations dans 19 villes du monde, de New York à Melbourne en passant par Paris et Saint-Pétersbourg pour la Russie (mais pas Sotchi), s'adressant aux sponsors des JO pour qu'ils "sortent de leur silence sur les lois anti-gays russes".

"Pousser les sponsors à utiliser leur pouvoir"

"C'est le moment de pousser les sponsors à utiliser leur pouvoir économique, afin d'appeler à l'abrogation de ces lois discriminatoires", écrit All Out sur son site.

Les contrats de parrainage conclus entre le comité d'organisation des Jeux et de grandes sociétés telles Coca-Cola, McDonald's et Samsung atteignent un montant total de 1,4 milliard de dollars (1,02 milliard d'euros).

Le groupe américain de télécommunications AT&T a dénoncé mardi cette loi russe qui punit la "propagande" homosexuelle devant mineurs de peines d'amende et de prison.

"Nous sommes contre la loi russe anti-LGBT", a indiqué AT&T dans un blog sur son site. Cette société n'est pas un sponsor des Jeux de Sotchi mais a longtemps parrainé le comité olympique américain.

Ces manifestations sont prévues alors que la flamme olympique doit passer les trois derniers jours du relais à Sotchi, après avoir parcouru quelque 65.000 km à travers la Russie, le plus long parcours de l'histoire olympique, avec des étapes au pôle Nord, au mont Elbrouz (sommet le plus haut d'Europe à 5.642 m), dans le lac Baïkal et même dans l'espace.

A Sotchi, la flamme sera portée sur route, en train et bateau. Parmi les porteurs prévus figurent le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, le président du comité olympique (CIO) Thomas Bach et la "tsarine" de la perche russe Elena Isinbayeva.

L'ultime étape est prévue vendredi soir pour l'allumage de la vasque olympique au stade Fisht où se déroulera la cérémonie d'ouverture.

Sécurité, risques d'attentats

Le président Poutine, qui a dit mardi ne pas être impliqué dans le choix de l'athlète ou la personnalité qui allumera la flamme, a assuré que la ville des JO serait accueillante pour tous.

"Je veux vous assurer que nous ferons tout pour que Sotchi soit un endroit accueillant pour tous les participants, pour tous les invités", a déclaré M. Poutine à M. Bach, lors d'une rencontre avec des membres du CIO.

"La principale tâche est de faire des Jeux de Sotchi une fête pour tous les passionnés de sport dans le monde", a ajouté M. Poutine.

Il a également remercié le CIO d'avoir permis à la Russie d'organiser ces Jeux qui ont nécessité des aménagements colossaux, dans la mesure où seulement 15% des infrastructures étaient prêtes en 2007, lorsque Sotchi a été choisie.

La sécurité est une préoccupation majeure de ces Jeux dans une zone à quelques centaines de km des républiques instables du Caucase du Nord, en particulier depuis les attentats suicide meurtriers à Volgograd fin décembre et les menaces d'attaques lancées en janvier par des islamistes du Caucase.

"Le plus grand danger est que d'éventuels attentats interviennent en dehors des lieux où se passeront les Jeux, dans les environs ou la région de Sotchi", a affirmé mardi le directeur du Centre national contre-terroriste (NCC), Matthew Olsen.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 11:09 En Inde, des funérailles à portée de clic

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement