L'Eurogroupe débat de l'avenir de la zone euro


Vendredi 15 Septembre 2017 - 14:12
Reuters


Tallin - La zone euro doit d‘abord identifier ses problèmes internes avant de réfléchir aux réformes institutionnelles censées les régler, ont déclaré vendredi plusieurs ministres des Finances lors de discussions informelles sur l‘avenir du bloc.


La France, l‘Allemagne et la Commission européenne ont tour à tour avancé des propositions différentes pour modifier le fonctionnement de la zone euro, le président français Emmanuel Macron suggérant notamment de la doter de ses propres budget, parlement et ministre des Finances.

“Je pense que nous devrions commencer par l‘autre bout”, a déclaré Jeroen Dijsselbloem, le président de l‘Eurogroupe, à la presse.

“Au lieu d‘avoir un débat essentiellement sur l‘aspect institutionnel, (nous devrions avoir) un débat sur ce qui manque dans l‘union économique et monétaire, en termes de résistance, de compétitivité et de solidarité”, a ajouté le ministre néerlandais des Finances.

“Donc je pense que nous devrions commencer par savoir quel est le problème et terminer par un débat institutionnel.”

Son homologue autrichien a abondé dans le même sens.

“Nous sommes satisfaits du dispositif actuel et nous pensons que nous devrions nous y tenir”, a dit Jörg Schelling. “Je ne vois pas l‘intérêt d‘avoir un débat avant qu‘on ne sache clairement quelle est la stratégie de la zone euro (...) Quand la discussion sur la stratégie sera terminée, alors nous pourrons bâtir la structure qui la soutient.”

Souvent présenté comme le favori à la succession de Jeroen Dijsselbloem lorsque le mandat de ce dernier prendra fin mi-janvier à la tête de l‘Eurogroupe, Bruno Le Maire a exprimé l‘espoir que les 19 pays partageant la monnaie unique européenne parviendra dans les prochains mois à un accord sur un approfondissement de leur intégration.

L‘objectif des pays de la zone euro est de bâtir une Europe plus forte vis-à-vis des Etats-Unis et vis-à-vis de la Chine, a dit le ministre français.

Bruno Le Maire a jugé qu‘il fallait réformer la zone euro maintenant, en raison d‘un contexte porteur provoqué par la croissance économique de la région, l’élection d‘un président réformateur en France et l‘imminence des élections en Allemagne, qui aura ainsi un nouveau mandat pour s‘engager dans ces questions.

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand, a déclaré que la tâche était urgente.

“Il s‘agit de savoir comment nous rendons l‘Europe politiquement et économiquement plus forte et capable d‘agir. Comment faisons-nous? C‘est la tâche urgente”, a-t-il dit.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss