"L’Irak ne peut rester indifférent aux tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite"


Mercredi 6 Janvier 2016 - 17:04
AA


Bagdad - Le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, a déclaré mercredi à Téhéran, que le conseil des ministres irakien a «décidé d’agir pour mettre fin à la tension entre l’Iran et l’Arabie Saoudite», ajoutant que «l’Irak ne peut rester indifférent et muet devant une telle tension.»


Lors d’une conférence de presse, tenue mercredi à Téhéran, conjointement avec son homologue iranien, Muhamed Javad Zarif, al-Jaafari a ajouté que «la crise survenue dernièrement entre l’Iran et l’Arabie Saoudite a poussé l’Irak à prendre une initiative et à agir directement», indiquant que «le conseil des ministres irakien a décidé d’agir pour mettre fin à la tension», sans pour autant préciser les mécanismes de cette action annoncée.

«La crise aura des conséquences et des problématiques sur le long terme, l’Irak ne peut donc rester indifférent et muet à son égard» a insisté le chef de la diplomatie irakienne.  

Il a encore mis en garde contre le fait de «permettre aux ennemis de la région de la pousser dans le brasier d’une guerre où il n’y aura pas de gagnant» signalant que «certains planifient pour la régression des Etats arabes», sans nommer ceux qu’il vise par ses propos.

Concernant l’exécution du dignitaire chiite, Nemr Baqer al-Nemr par l’Arabie Saoudite, al-Jaafari a déclaré:  «Nous avons été atterrés par l’exécution d’al-Nemr, c’était un événement inattendu et douloureux» rappelant : «Riyad nous avait promis de prendre des mesures pour empêcher cela [l’exécution]».  

Lors de la même conférence de presse, le ministre iranien des Affaires étrangères a, de son côté, vivement critiqué la mise à mort d’al-Nemr par l’Arabie Saoudite, indiquant que son pays «ne cherche pas les crises et ne les attisent pas et [qu’] il a fait face à toutes les actions dans la région, dont la baisse des prix du pétrole, avec magnanimité».

Le ministre irakien des Affaires étrangères était arrivé plus tôt dans la journée de mercredi à Téhéran pour discuter de la crise entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, selon des sources diplomatiques irakiennes.

L’Arabie Saoudite avait décidé, dimanche, de rompre ses relations avec l'Iran, et avait appelé les membres de la mission diplomatique iranienne à quitter son territoire dans les 48 heures.

Des manifestants iraniens en colère avaient incendié, samedi, le bâtiment de l’ambassade saoudienne à Téhéran et saccagé le siège du consulat saoudien dans la ville de Mashhad, en signe de protestation contre l’exécution du dignitaire religieux chiite, Nemr Baqer al-Nemr.

Le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, avait déclaré, dimanche, lors d'une conférence de presse, à Riyad, que l’Iran a une longue expérience dans la violation des missions diplomatiques étrangères, en allusion aux attaques ayant ciblé l'ambassade des États-Unis en 1979, et  l'ambassade britannique en 2011.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss