L'Otan dénonce les missiles russes en Crimée, menace pour la région de la mer Noire


Mercredi 26 Novembre 2014 - 16:36
AFP


Kiev - Le commandant en chef de l'Otan, le général américain Philip Breedlove, a dénoncé mercredi à Kiev le déploiement de missiles russes en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en mars par Moscou, estimant qu'il s'agissait d'une menace pour les pays entourant la mer Noire.


L'Otan dénonce les missiles russes en Crimée, menace pour la région de la mer Noire
La visite en Ukraine du général Breedlove intervient au moment où les autorités pro-occidentales de Kiev tentent de relancer leur projet d'adhésion à l'Otan après la perte humiliante de la Crimée et la partition de facto du bassin minier du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, contrôlé en partie par les rebelles prorusses qui combattent l'armée ukrainienne.

"Nous sommes très inquiets de la militarisation de la Crimée", a déclaré le général au cours d'une conférence de presse à Kiev en disant craindre le déploiement d'armes nucléaires et "surveiller" les développements à ce sujet.

"Les équipements qui sont en train d'être installés en Crimée (...), les missiles de croisière et les missiles anti-aériens sont capables d'avoir à leur portée la totalité de (la région) de la mer Noire", a-t-il poursuivi.

Ces dernières semaines, la Russie a renforcé sa présence militaire en Crimée. Elle a notamment décidé d'y rouvrir une station d'alerte antimissile et de consacrer plus d'1,75 milliard d'euros d'ici à 2020 au développement de sa flotte de la mer Noire.

Et une source militaire a annoncé à l'agence TASS le déploiement de quatorze avions de chasse en Crimée où elle dispose d'une base militaire aérienne rénovée. A terme, l'escadrille comptera 30 appareils.

- Une adhésion à l'Otan "très difficile" -

Après s'être entretenu avec le président ukrainien Petro Porochenko et le Premier ministre Arseni Iatseniouk qui ont fait de l'adhésion de Kiev à l'Otan, une priorité, le général Breedlove est resté vague sur cette perspective en disant que de telles décisions devaient être prises par des hommes politiques.

M. Porochenko avait promis lundi d'organiser un référendum à ce sujet sans toutefois indiquer quand les critères nécessaires seront "remplis".

Toutefois même les alliés les plus fidèles de Kiev restent sceptiques sur la perspective d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance atlantique.

La responsable du département d’État américain en charge des affaires européennes, Victoria Nuland a déclaré mercredi dans une interview au site d'information russe indépendant Meduza qu'il serait "très difficile" pour l'Ukraine d'adhérer à l'Otan.

La semaine dernière, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a déclaré au Spiegel qu'il voyait un "partenariat entre l'Ukraine et l'Otan, mais pas d'adhésion".

Le général Breedlove a, à maintes reprises, accusé la Russie de déployer dans l'est rebelle de l'Ukraine des troupes et de l'équipement lourd, ce que Moscou dément catégoriquement. Sa visite intervient au moment où les autorités ukrainiennes s'apprêtent à renoncer au statut non-aligné de cette ex-république soviétique en vue d'une future adhésion à l'Alliance.

Cette perspective crispe Moscou qui veut maintenir l'Ukraine dans son orbite et dément toute implication dans le conflit dans l'Est qui a fait plus de 4.300 morts depuis le lancement de l'"opération antiterroriste" ukrainienne à la mi-avril.

Kiev a de son côté affirmé mercredi avoir repéré plusieurs dizaines de camions transportant hommes et artillerie et traversant la frontière depuis la Russie pour se rendre dans l'Est séparatiste.

Le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko a fait état de mouvement enregistré la veille de deux colonnes d'équipement militaire depuis la Russie en direction de Lougansk via le poste-frontière d'Izvariné" sous contrôle des séparatistes prorusses.

"Il s'agit d'environ 40 camions accompagnés de deux véhicules blindés et d'une voiture. Sept véhicules transportaient du personnel et plus de 20 autres tractaient de l'artillerie", a-t-il précisé.

Sollicitées par Kiev, les autorités américaines refusent de fournir à Kiev des armes létales mais prévoient en revanche de positionner environ 150 chars et véhicules blindés dans plusieurs pays membres de l'Otan,, dont une partie en Europe de l'Est, très inquiète pour sa sécurité.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss