L'UE ouvre une "enquête de sauvegarde" sur l'acier


Lundi 26 Mars 2018 - 11:53
Reuters


Bruxelles - L’Union européenne (UE) a ouvert lundi une “enquête de sauvegarde” pour déterminer si les droits de douane américains entraînaient une hausse des importations d’acier en Europe.


Les droits de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium annoncés par le président américain Donald Trump sont entrés en vigueur vendredi. L’UE et six pays en sont provisoirement exemptés.

L’UE craint qu’une partie de la production des grands exportateurs d’acier comme la Chine, l’Inde ou la Russie ne puisse plus accéder au marché américain et soit détournée vers le marché européen, pénalisant son secteur sidérurgique.

L’enquête, qui qui peut prendre jusqu’à neuf mois, pourrait amener l’UE à imposer ses propres quotas ou droits de douane sur l’acier, y compris l’acier inoxydable et les tuyaux.

Les droits de douane ou les quotas devraient s’appliquer à tous les pays, ce qui signifie que les principaux exportateurs comme la Chine, l’Inde, la Russie, la Corée du Sud et la Turquie seraient concernés. L’acier des Etats-Unis représente moins de 1% des importations d’acier de l’UE.

“Les informations dont dispose actuellement la Commission européenne (...) ont révélé que les importations de certains produits sidérurgiques ont récemment augmenté de manière considérable, ce qui signifie qu’il existe des éléments de preuve suffisants indiquant que l’évolution des importations pourrait rendre nécessaire le recours à des mesures de sauvegarde”, écrit la Commission européenne dans le journal officiel de l’UE paru lundi.

Selon la Commission, les importations totales d’acier sont passées de 17,8 millions de tonnes en 2013 à 29,3 millions de tonnes en 2017, essentiellement en raison des surcapacités mondiales et des mesures prises par les pays tiers pour limiter le dumping.

Sur certains produits, ajoute la Commission, le secteur est dans une situation fragile et exposé à une nouvelle hausse des importations, en raison sans doute de mesures protectionnistes, dont les récents de droits de douane imposés par les Etats-Unis.

L’exécutif européen a donné aux parties concernées 21 jours pour remplir un questionnaire ou soumettre des informations afin de faciliter son enquête.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement