La concurrence dans le secteur de la grande distribution au Maroc


Samedi 28 Juillet 2012 - 14:04
Centre d’Etudes Internationales


Le secteur du commerce, qui participe à hauteur de 13% dans le Produit Intérieur Brut (PIB) du Maroc, constitue un pilier de son économie, puisqu’il contribue à la création de plus-values mais également d’emplois. La grande distribution constitue le fer de lance de ce secteur, et sa croissance reste rapide puisqu’elle ambitionne de couvrir, à terme, l’ensemble des villes du royaume. Depuis le début des années 1990, et tout en proposant des prix attractifs aux consommateurs, la grande distribution ne cesse d’évoluer et de faire évoluer avec elle les modes de consommation des Marocains.


La concurrence dans le secteur de la grande distribution au Maroc
Pionnière en matière de grande distribution au Maroc, Label’ Vie a été créée en 1985.  Suite à son introduction en bourse en 2008 et à la « (…) signature d’un accord de franchise exclusif avec le groupe Carrefour », le groupe marocain qui emploie plus de 2800 personnes, ambitionne à travers son acquisition de l’enseigne Metro Metro Cash & Carry Maroc, en 2010, de s’agrandir davantage. Comptant aujourd’hui plus de 30 points de vente à travers tout le Maroc,  Label’ Vie ambitionne, d’ici la fin de l’année 2013, de disposer de 71 points de vente, dont 13 hypermarchés.  

Pour ce qui est du Marjane Holding, tout a commencé en 1990 avec l’ouverture du premier site à Rabat. L’enseigne a alors lancé le concept d’hypermarché prônant une large diffusion du principe de self-service. Rapidement, le concept fut adopté par une grande partie des consommateurs marocains, sensibles à la nette baisse des prix et au large choix de produits proposés. Et afin d’accélérer son développement, l’enseigne donne naissance à Acima en 2002, mettant en place un nouveau concept qui favorise l’implantation de moyennes surfaces de proximité. Cette nouvelle enseigne trouve rapidement son rythme, avec une croissance annuelle moyenne estimée à six ouvertures. Ainsi, dans un climat concurrentiel sain, et bénéfique en premier lieu au consommateur marocain, le Maroc assiste depuis plus d’une décennie à la multiplication des espaces de grande et de moyenne distribution, couvrant une large partie du territoire national et donc permettant l’accès à une large gamme de produits, locaux ou importés, à des prix de plus en plus compétitifs.

Compte tenu de son potentiel de croissance, le secteur de la grande distribution continue de susciter l’intérêt de plusieurs opérateurs nationaux et étrangers. C’est dans ce sens que le groupe marocain Ynna Holding a décidé de lancer son enseigne Aswak Assalam, avec l’ouverture en 1998 de son premier site à Rabat. Aujourd’hui, la chaîne compte huit hypermarchés, et ambitionne de porter le nombre de magasins à 15 à la fin de l’année 2012, en poursuivant son rythme moyen de deux ouvertures par an. Aswak Assalam, qui a signé un accord de franchise avec le groupe français Casino, ne cache pas son désir de gagner davantage de parts de marché.

Malgré la concurrence acharnée qui caractérise le secteur de la grande distribution de manière générale, l’introduction continue de nouveaux acteurs témoigne des grandes opportunités qu’il offre dans un pays en développement comme le Maroc, où de tels marchés seront de plus en plus sollicités, et qui reste ouvert aux investisseurs étrangers souhaitant s’y introduire. Ainsi, une année après son démarrage, le hard discounter turc BIM a ouvert 45 magasins rien que dans la région de Casablanca. En forte croissance, l’enseigne prévoit d’ouvrir 150 magasins à l’horizon de l’année 2012.

In fine, le secteur de la grande distribution au Maroc abonde de potentialités. En effet, les acteurs actuels totalisent une centaine de points de vente avec ce qui représente 13% de la consommation du royaume. Par ailleurs, depuis 2010, de nouveaux opérateurs et de nouvelles formes de distribution affluent sur le secteur. Ce dynamisme aura certainement un effet positif sur le développement du secteur en général, de même qu’il intensifiera la concurrence entre les différentes enseignes. Afin de se différencier et de s’imposer auprès des consommateurs, ces dernières seront amenées à agir sur plusieurs variables, notamment l’élargissement de l’assortiment offert et la proximité des magasins. Mais en définitive, et au vu des conséquences entraînées par la crise économique mondiale, c’est la baisse des prix pratiqués en magasins qui va leur permettre de se distinguer.  Au bonheur du consommateur marocain.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod


IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss