Le FESF, bras armé de la zone euro contre la crise de la dette


Mardi 11 Octobre 2011 - 11:52
AFP


Bruxelles - Mis en place en 2010 pour venir en aide aux pays en difficulté financière, le Fonds de secours de la zone euro (FESF), objet d'un vote crucial mardi en Slovaquie, est devenu un outil incontournable de la réponse à la crise de la dette.


Le FESF, bras armé de la zone euro contre la crise de la dette
Créé pour une durée de trois ans, cet instrument financier lève de l'argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne.

Il bénéficie de la meilleure notation possible, "AAA", des agences spécialisées et peut donc emprunter à des taux très avantageux. Il reverse les sommes collectées aux pays en difficulté à des taux moindres que ceux qu'ils devraient payer sur les marchés.

Le FESF est doté d'une capacité effective de prêts de 440 milliards d'euros. Il a aidé le Portugal et l'Irlande mais pas la Grèce, laquelle a eu droit auparavant à un dispositif distinct.

Le 21 juillet, les dirigeants de la zone euro ont décidé d'élargir sa palette d'outils face aux risques de contagion de la crise. Il pourra acheter de la dette publique d'Etats en difficulté sur le marché "secondaire" où s'échangent les titres déjà en circulation, ce qui va soutenir les banques qui détiennent ces titres à la valeur dépréciée.

Cela doit permettre également de soulager la Banque centrale européenne (BCE) qui est aujourd'hui la seule à intervenir sur les marchés de cette façon.

Autre avancée: il pourra aussi accorder aux Etats des lignes de crédit préventives comme le fait le FMI, ou prêter de l'argent à des pays pour qu'ils recapitalisent leurs banques.

Seul hic, ces changements n'ont pas encore été approuvés par la Slovaquie, le dernier pays de la zone euro qui devait se prononcer sur le renforcement du Fonds. Et l'unananimité des 17 Etats de la zone euro est nécessaire.

Face à l'aggravation de la crise de la dette, le FESF pourrait à l'avenir encore être renforcé pour démultiplier sa force de frappe. L'idée serait de recourir à un mécanisme financier qui démultiplierait les effets de ce Fonds (via un "effet de levier"), sans le renflouer, car Berlin s'oppose à cette option.

Le FESF doit être remplacé à la mi-2013 par le Mécanisme européen de stabilité (MES).


           

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement