Les Bourses replongent, secouées par la crise coréenne et la zone euro


Mardi 25 Mai 2010 - 17:04
AFP


Paris - Les Bourses mondiales et l'euro ont connu un nouvel accès de fièvre mardi, secouées par les inquiétudes persistantes sur la zone euro, ravivées ce week-end par la mise sous tutelle d'une banque espagnole, et le regain de tensions entre les deux Corée.


Les Bourses replongent, secouées par la crise coréenne et la zone euro
Les Bourses européennes, qui étaient parvenues à terminer à l'équilibre vendredi au terme d'une semaine d'angoisse et avaient fini en ordre dispersé lundi, ont à nouveau lourdement chuté mardi dès l'ouverture.

Vers 13H35 GMT, la plupart restaient orientées à la baisse, Paris dégringolant de 3,55%, Londres et Francfort de près de 3% et Madrid et Milan de plus de 4%.

Dans le sillage des Bourses asiatiques et européennes, la Bourse de New York a ouvert en forte baisse, le Dow Jones perdant 1,92% et le Nasdaq 2,48%.

L'euro accentuait sa chute, retombant sous 1,22 dollar, les cambistes cherchant refuge auprès du billet vert et du yen alors que la crise de la dette semblait s'étendre en zone euro.

"L'euro connaît un deuxième jour de baisse face au dollar, au yen et à la livre sterling, alors que des signes d'une propagation de la crise de la dette en Europe ravivent des craintes de voir la reprise dans la région ralentir", commentait Tim Lewis, analyste du courtier Currencies Direct.

Sur le marché des obligations, où se joue le sort de la dette des Etats européens, les rendements des titres allemands et français continuaient à reculer.

A 13H00 GMT, le Bund allemand à 10 ans, qui sert de référence en zone euro, passait à 2,574% contre 2,651% lundi soir et le rendement de l'OAT française se détendait à 2,849%, contre 2,901% la veille.

Quand les marchés actions reculent, les investisseurs se tournent généralement vers les obligations jugées parmi les plus solides de la zone euro.

Les Bourses en Europe se montraient inquiètes du placement sous tutelle publique de la caisse d'épargne espagnole Cajasur, annoncé samedi.

Ces tensions pesaient sur le secteur bancaire, dont les actions chutaient lourdement, et sur le marché interbancaire, qui traduit la réticence croissante des établissements financiers à se prêter de l'argent entre elles.

Le Libor à trois mois exprimé en dollars a ainsi bondi à 0,536% contre 0,509% lundi, renouant avec ses niveaux de juillet 2009.

En Asie, les Bourses ont dévissé en réaction à l'annonce de la mise en alerte de l'armée nord-coréenne après que Séoul a menacé lundi Pyongyang de lui "faire payer le prix" du naufrage d'un de ses navires de guerre.

Tokyo a fini sur une perte de 3,06%, l'indice principal tombant à un seuil qu'il n'avait pas atteint depuis fin novembre 2009. La place nippone est particulièrement affectée par la hausse du yen qui pèse sur les bénéfices des groupes exportateurs du pays.

En cette période de turbulences en Europe, la devise japonaise, considérée comme une valeur refuge, est préférée à l'euro jugé trop risqué par les investisseurs.

La Bourse de Hong Kong a terminé en baisse de 3,47% et la Bourse de Shanghai a reculé de 1,90%.

Dans le sillage des marchés boursiers, les prix du pétrole rechutaient à l'ouverture des échanges à New York, alors que les investisseurs s'inquiètent de l'ampleur de la crise en zone euro.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet s'échangeait à 67,41 dollars vers 13H10 GMT, en recul de 2,80 dollars par rapport à la veille.


           

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement