Montée des discours islamophobes à travers l’Europe durant le Ramadan


Mercredi 30 Mai 2018 - 11:37
AA


Pendant le mois de Ramadan une hausse significative des discours islamophobes a été observée notamment auprès des politiciens d’extrême droite et ce, à travers toute de l’Europe.


Les informations compilées par un correspondant de l'Agence Anadolu (AA), ont montré que des personnalités politiques, dont celles plus particulièrement connues pour leurs propos racistes et leur haine envers l’Islam, ont davantage ciblé les musulmans d’Europe lors du mois de Ramadan.

Selon les données recueillies, les propos et les actes islamophobes sont plus nombreux en Belgique, en Hollande, au Danemark, en France, en Suède et en Allemagne.

En Belgique, les individus de confession musulmane sont ciblés par le parti «Intérêt flamand» connu pour ses politiques au contenu raciste et d’extrême-droite.

Au cours des dix premiers jours du mois de Ramadan, Filip Dewinter, l'un des chefs de file du parti, a partagé, via les réseaux sociaux, plus de vingt déclarations au contenu islamophobe.

Protestant contre la distribution de nourriture aux musulmans, avant les repas du matin, par la municipalité d'Anvers, Dewinter a riposté en déclarant «Barbecue pendant le Ramadan. Au menu brochettes de porc et alcool».

Anke Van Dermeersch, membre du parti et ancienne Miss Belgique a utilisé, en couverture de son livre, la photographie d'une femme piétinant le Saint Coran avec ses talons hauts.

Le Coran a également été qualifié de «manuel militaire».

Au cours de la première semaine du Ramadan, cette dernière a annoncé qu'elle saisira la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) à propos du Saint Coran.

Au début du mois de Ramadan, le leader du Parti pour la liberté (Partij voor de Vrijheid/PVV), Geert Wilders, a annoncé, au sein du parlement néerlandais, qu’un concours de caricatures sur le prophète musulman, Mahomet, sera lancé.

Immédiatement après l’annonce, l'Agence néerlandaise de radiodiffusion publique, a relayé la publicité électorale, du parti réputé islamophobe, dans lequel il est affirmé que l’ «Islam est fatal».

Suite aux plaintes déposées à l’encontre de cette réclame, le parquet a annoncé que ladite publicité ne comprend ni insulte à l’égard d’un quelconque groupe ni discrimination ou racisme et n’incite pas à la violence.

Aux Pays-Bas, le mouvement anti-Islam, PEGIDA, a également lancé, via les réseaux sociaux, une campagne intitulée «Va-t’en avec ton Ramadan».

Le mouvement a fait savoir qu'ils réaliseront des barbecues de viande de porc dans les lieux proches des mosquées au cours du Ramadan.

En Europe, l’une des affirmations les plus controversées est sans aucun doute celle de Inger Stöjberg, femme politique danoise membre du Parti libéral du Danemark et ministre de l'Immigration et de l'Intégration.

«Les musulmans à jeun devraient obtenir des congés de la part des entreprises pour éviter de causer des désagréments à la communauté danoise», a déclaré Stojberg soutenant que les musulmans qui travaillent à jeun mettent «en danger toute la société».

Les propos de la ministre, pourtant chargée d'assurer l'intégration entre les différentes communautés du pays, ont suscité la controverse mettant en exergue l’ambiguïté de ses propos au regard de la fonction qu’elle occupe.

En France, Maryam Pougetoux, présidente voilée du syndicat étudiant UNEF, à l'Université Paris IV Sorbonne, a été la cible des politiciens français.

Le ministre de l'intérieur français, Gérard Collomb, s’est dit «choqué» de l’intervention télévisée, de la présidente portant le voile, qui s’exprimait au sujet des réformes relatives à l'éducation.

Affirmant que certaines personnes «cherchent à provoquer à travers ces signes religieux», Collomb a considéré que la jeune femme portait une «marque de volonté identitaire».

La même semaine, le magazine humoristique, Charlie Hebdo, a fait de Pougetoux sa une, caricaturant la jeune fille comme un «singe».

Jan Sjunnesson, ancien rédacteur en chef du site Samtiden, organe de diffusion du parti Social démocrate (SD) en Suède, réputé pour son hostilité envers les migrants, a pris pour cible les musulmans via deux caricatures partagées sur les réseaux sociaux.

L'une d’entre elles illustre des garçons lapidant une jeune fille, tandis que l’autre représente deux hommes vêtus de vêtements traditionnels arabes en train de fouetter un autre homme avec l’inscription «Avec mon père au travail».

Le parquet suédois a annoncé qu’une enquête a été ouverte au sujet de Sjunnesson pour «crime de haine».

- Attaques contre les mosquées 

D’autre part, les attaques envers les associations islamiques et les mosquées, qui étaient déjà assez répandues en Europe, se sont poursuivies au cours du mois de Ramadan.

La semaine dernière, une attaque a eu lieu contre le Centre islamique de Rapallo, dans le nord de l'Italie. L'agresseur a détérioré un Coran, dessiné une croix gammée et écrit des injures.

Lors des premiers jours du Ramadan, un lieu de prière d’une capacité de 200 fidèles, a été incendié à Hasslehom, dans le nord de la Suède.

L’incendie a causé d’importants dégâts privant ainsi les musulmans de la région de leur unique lieu de culte.

Les partisans de l'organisation terroriste du PKK, ont également attaqué des mosquées.

La semaine dernière, les sympathisants du PKK ont ciblé une mosquée à Ermannhausen, dans le Bade-Wurtemberg (sud-ouest de l’Allemagne) et ont inscrit des menaces sur les murs de la mosquée.


           

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement