Ouverture du procès du romancier turc Nedim Gürsel pour "Les Filles d'Allah"


Mardi 5 Mai 2009 - 12:11
AFP


Le procès du romancier turc Nedim Gürsel, accusé d'avoir incité à la haine religieuse dans son dernier roman "Les filles d'Allah", a débuté mardi devant un tribunal d'Istanbul.


Ouverture du procès du romancier turc Nedim Gürsel pour "Les Filles d'Allah"
L'auteur est poursuivi au titre de l'article 216-1 du code pénal turc, qui punit de un à trois ans de prison l'"incitation à la haine raciale, de classe sociale, religieuse, confessionnelle ou régionale", a indiqué à l'AFP son avocate Sehnaz Yüzer.
M. Gürsel, qui vit à Paris et devait participer mardi à une conférence à Lille (nord de la France), ne s'est pas présenté à l'audience. "Il n'est pas venu car nous craignions des incidents à la sortie du tribunal, mais il a déjà effectué sa déposition lors d'une précédente visite", a déclaré Me Yüzer.
Le roman incriminé, publié en mars 2008 en Turquie, superpose des récits liés notamment à la vie du prophète de l'islam Mahomet.
S'entremêlent ainsi la voix d'un écrivain portant un regard critique sur la foi et celles des "Filles d'Allah", trois déesses du panthéon arabe préislamique qui prennent la parole en contrepoint de la révélation coranique pour donner une autre version de l'avènement de l'islam.
Me Yüzer a dit s'attendre au prononcé d'un non-lieu dès la première audience, ou au moins espérer un acquittement rapide. Pour que le délit soit établi, la cour doit être convaincue de l'existence d'un "danger proche et évident pour l'ordre public".
Dans un récent entretien accordé à l'AFP, M. Gürsel a revendiqué "la liberté de porter un regard critique sur les religions" tout en assurant "respecter la foi et les croyants".
Le romancier a considéré que "ce procès tombe très mal car tout le monde pensait que la Turquie avait progressé en matière de liberté d'expression".
M. Gürsel est jugé par le même tribunal qui avait en 2006 prononcé un non-lieu en faveur de l'écrivain Orhan Pamuk, accusé de "dénigrement de l'identité turque" après des déclarations sur la question arménienne. M. Pamuk avait obtenu cette année-là le prix Nobel de littérature.


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Mardi 19 Décembre 2017 - 15:08 20 DÉCEMBRE 2017: SENGHOR AURAIT EU 111 ANS…

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss