Rwanda-Génocide: nouveau témoignage accablant sur le rôle de la France


Samedi 30 Juin 2018 - 12:02
AA


Malgré les dénégations d’officiels français, les témoignages se multiplient qui incriminent la France quant à son implication manifeste dans le génocide le plus tragique du XXème siècle qui a fait en 1994 au Rwanda, quelque 800.000 morts en trois mois, selon l’ONU.


Plus de 24 ans après, les langues se délient et l’opacité entourant ce drame humain se dissipe peu à peu apportant à chaque fois un éclairage nouveau au dossier rwandais dont la plupart des archives n’ont pas encore été déclassées pour des raisons politiques.

Le dernier témoignage en date est celui d’un militaire français qui a participé à l’opération “Turquoise” lancée par l’armée de son pays, sous mandat onusien, pour normalement arrêter le massacre des tutsi par l’ethnie majoritaire hutu.

Dans un entretien publié lundi dernier par le journal “La Croix”, cet ex-aviateur qui a préféré garder l’anonymat, conteste le caractère strictement humanitaire de l’opération.

Il y affirme que les militaires français étaient préparés à “frapper” les troupes du Front patriotique rwandais (FPR), pro-tutsi. 

Le massacre a été déclenché à la suite du crash de l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana abattu le 6 avril 1994 au-dessus de la capitale Kigali par un commando inconnu. Sa mort entraîne de violentes représailles des hutu à l’encontre des tutsi.

L’intervention française avait été décidée en juin 1994 alors que ce pays de la région des Grands Lacs était plongé en plein génocide contre les Tutsi mené par les Forces armées rwandaises (FAR) et par les milices extrémistes hutu proches du gouvernement intérimaire soutenu par Paris.

En mars dernier, un témoignage tout aussi accablant était venu d’un ancien officier français qui contredit la version officielle d’une intervention avant tout “humanitaire” de l’armée française au Rwanda.

Auteur d’un livre intitulé “Rwanda, la fin du silence”, Guillaume Ancel, officier de guidage de tir aérien, avance que la France a tardé à prendre ses distances avec le régime génocidaire auquel elle livrait par ailleurs des armes.

En fait, de nombreux pays avaient des réticences à l’égard de la politique de la France au Rwanda, de ses intentions, de son implication dans ce pays depuis plusieurs années. Il était notoire que Paris ne cachait pas son opposition au FPR et était la seule capitale à reconnaître le Gouvernement intérimaire rwandais responsable du génocide.

Le même mois, le journal “Le Monde” revenait, documents et témoignages à l’appui, sur cet épisode tragique. Dans une enquête, le journal français tentait de lever “les secrets de la France au Rwanda” et de défricher “les ambiguïtés de l’opération Turquoise”.

Pour savoir “si la France a été complice des génocidaires rwandais et si son armée a soutenu un régime enivré par la folie meurtrière”, le célèbre quotidien parisien s’appuie sur “les décisions prises au plus haut niveau de l’Etat, au coeur du pouvoir”.

Il remonte à un certain mercredi 15 juin 1994 quelque dix semaines après le début du génocide. Ce jour-là, une réunion de crise se tenait au palais de l’Elysée, à Paris, en présence du président François Mitterrand

Le compte-rendu de la réunion d’abord classé “confidentiel défense”, a été déclassifié en janvier 2008 à la demande des juges d’instruction chargés de l’enquête pour “complicité de génocide” sur l’opération “Turquoise” menée par l’armée française au Rwanda.

“La situation (au Rwanda) exige que nous prenions d’urgence des mesures”, lance d’emblée le président français qui décide “une intervention rapide et ciblée”.

Du coup, quelque 2.500 soldats de différents régiments sont déployés au Rwanda et des armes étaient fournies au régime génocidaire.

C’est que l’entourage présidentiel était persuadé de lutter contre l’extension des “tutsiland” (zone de domination de l’ethnie tutsi) perçue comme un complot anglo-saxon contre le pré carré de la France dans la région, note Le Monde qui rappelle que Paul Kagame, l’homme fort du FPR, a été formé aux Etats-Unis et était couvert par le président ougandais Yoweri Museveni couvé par Washington.

Selon le journal, Paris savait que l’essentiel des massacres a déjà été commis dans la capitale et qu’il n’y avait presque plus de tutsi à sauver. L’important semble être plutôt la sauvegarde d’un pouvoir “ami”, “le régime des bourreaux” . En d’autres termes, il s’agissait avant tout de préserver les intérêts de la France.

Plus accablant encore est le témoignage de Jean-Hervé Bradol, membre de “Médecins sans frontières” qui a ouvert une antenne chirurgicale le 13 avril à Kigali.

Dès le 16 mai 1994, il mettait gravement en cause les autorités politiques françaises lors d’une interview sur la chaîne TF1. “Les responsabilités de la France sont particulièrement écrasantes. Les gens qui massacrent aujourd’hui, qui mettent en oeuvre cette politique planifiée systématique d’extermination sont financés, entraînés et armés par la France. On n’a pas entendu pour l’instant aucun responsable français condamner clairement ces massacres et pourtant, ces gens sont bien connus de l’Etat français puisqu’ils sont équipés par lui”, accuse-t-il.

Un autre document dont a fait état Euronews en décembre 2017 qui enfonce le clou. “La France a entravé les efforts visant à obtenir la vérité sur le génocide au Rwanda”, martèle un cabinet d’avocats américains.

Dans un rapport de 52 pages, il fustige le rôle de la France lors du massacre des Tutsis par les Hutus en 1994: asile accordé à des suspects, soutien au gouvernement génocidaire …

“Les hauts fonctionnaires français étaient au courant et ont soutenu les actions et les objectifs du gouvernement Habyarimana et des génocidaires. Les archives françaises dont une bonne partie reste classifiée, contiennent de nombreux documents sans lesquels l’histoire complète de cette époque ne sera jamais connue. Il ne fait aucun doute que de bonnes raisons ont motivé le refus de les déclassifier”, soutient le document.

A l’instar de plusieurs plaintes déposées notamment par des survivants rwandais et des familles de victimes qui traînent encore devant la justice, une convocation de l’actuel ministre rwandais de la défense est restée sans suite.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss