Semaine africaine sur le E-commerce: Plaidoyer à Nairobi pour réduire le fossé numérique de l'Afrique


Mardi 11 Décembre 2018 - 11:02
MAP



Les participants à la première Semaine africaine sur le E-Commerce, dont les travaux ont débuté lundi à Nairobi, ont été unanimes à souligner l'urgence pour les pays africains de combler le fossé numérique qui laisse entrevoir de profondes inégalités tant au sein des nations qu'entre les différents pays du continent et d'agir en communauté pour rattraper le retard dans ce domaine, jugé primordial dans les temps actuels. L'importance croissante prise par les technologies de l’information et de la communication (TIC), depuis maintenant près de deux décennies, concourt à l’émergence d’une nouvelle société, qualifiée par les uns de "société de l’information" et par les autres de "société de la connaissance", rappellent les participants en mettant l'accent sur la nécessité pour les pays africains d'accompagner la vitesse du E-Commerce pour pouvoir bénéficier de ses avantages et partant faire avancer leurs économies respectives. Ils ont aussi appelé à mettre en ligne des systèmes fiables et sûrs qui répondent aux exigences et aux craintes des consommateurs africains, habitués dans leur globalité, aux système traditionnels dans leurs transactions. Ces constats de faits concordent avec le classement 2018 de la Conférence des Nations-Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), rendu public à cette occasion, et qui notifie clairement que les pays africains demeurent mal préparés au commerce électronique et profitent moins des avantages de l'économie numérique que le reste du monde.

Ce classement relatif à l’indice du commerce électronique d'entreprise à consommateur révèle que parmi les 151 pays évalués cette année figurent 43 pays africains, dont pas moins de neuf font partie des 10 derniers de ce classement.

"L’Afrique n’est pas aussi bien préparée à participer à l’économie numérique et à profiter de ses avantages que le reste du monde. Les trois quarts de sa population n’ont pas encore commencé à utiliser Internet", a soutenu, à ce propos, Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Cnuced, relevant toutefois, une progression des indicateurs clefs du commerce d’entreprise à consommateur à l’échelle du continent.

Depuis 2014, l’Afrique subsaharienne affiche une croissance plus rapide que la moyenne mondiale pour trois des quatre indicateurs retenus, a-t-il noté.

"Nous estimons qu’au moins 21 millions d’Africains ont fait des achats en ligne l’année dernière. Cela représente moins de 2% du total mondial et près de la moitié de ces consommateurs connectés étaient concentrés dans trois pays (Nigéria, Afrique du Sud et Kenya), a-t-il fait remarquer. Cependant, depuis 2014, le nombre d’acheteurs en ligne a bondi de 18 % par an en Afrique, contre 12 % en moyenne au niveau mondial. Mais les pays africains auront besoin de promouvoir l’utilisation d’Internet pour faire croître le commerce électronique, alors que bon nombre d’entre eux doivent aussi faire en sorte que leurs internautes se sentent suffisamment en confiance pour acheter en ligne, recommande l’organisation onusienne.

A titre de comparaison avec les pays développés, 68% des internautes de l’Union européenne ont acheté en ligne en 2017, contre seulement 13% des internautes africains en moyenne. La Semaine africaine du commerce électronique réunit des ministres ainsi que des hauts fonctionnaires, des chefs d'entreprise et des représentants de la société civile et des organisations internationales pour une semaine de dialogue sur le thème du renforcement des économies africaines à l'ère du numérique.

L'événement, initié en collaboration avec les partenaires de l'initiative "eTrade for all" et d'autres partenaires du secteur privé, représente une occasion unique de renforcer le dialogue pluri-acteurs sur le commerce électronique et le développement pour le continent africain.

Selon les organisateurs, cet évènement devra permettre à la jeunesse africaine, ainsi qu'aux femmes entrepreneurs et aux petites et grandes entreprises qui explorent les possibilités offertes par le numérique d'interagir avec les organismes de réglementation, les décideurs et la société civile à la recherche de solutions aux défis actuels.

Les thèmes abordés lors de la Semaine sur le commerce traiteront des sept domaines d'action identifiés par l'initiative "eTrade for all", à savoir évaluer l'état de préparation des pays à s'engager dans le commerce électronique et dans l'économie numérique, garantir des infrastructures TIC adéquates et abordables, faciliter les solutions de paiement pour le commerce électronique transfrontalier, adapter la logistique commerciale à l'ère du numérique, protéger les consommateurs en ligne et la vie privée des utilisateurs de plates-formes numériques, renforcer les capacités pour l'économie numérique et le commerce électronique et enfin améliorer l'accès au financement pour les jeunes entreprises et les entreprises en croissance dans le secteur du numérique en Afrique.

Parmi les autres questions transversales qui seront examinées figurent l’évaluation du commerce électronique et de l'économie numérique ainsi que la dimension du genre.

Les organisateurs de cette rencontre estiment ainsi que de meilleures statistiques sont nécessaires pour que les gouvernements africains soient en mesure de formuler et d'évaluer des politiques en matière de commerce électronique et d’économie numérique qui soient fondées sur des données probantes et actuelles. De même, estiment-ils, qu'un effort systématique pour recueillir, alimenter et mettre en valeur les expériences des femmes chefs d'entreprise et entrepreneures impliquées dans le commerce électronique est nécessaire pour combler le fossé actuel entre les genres dans les TIC et le commerce électronique. 


           

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement