Tunisie/FAO : Nouvel appui à la filière oléicole de 300 millions de dollars


Vendredi 6 Juillet 2018 - 11:04
AA


L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé, jeudi, un nouveau programme d’appui à l’agriculture tunisienne, à hauteur de 300 millions de dollars, a-t-on appris de source officielle.


Le nouveau projet, destiné à appuyer la filière oléicole, a été lancé lors d’un atelier, tenu jeudi à Tunis, en présence du ministre tunisien de l’Agriculture, Samir Taieb et des acteurs agricoles publics et privés. 

Dans un communiqué, rendu public à cette occasion, la FAO a indiqué que le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de développement durable visant «à assurer la sécurité alimentaire, à améliorer la nutrition et à promouvoir l’agriculture durable, spécifiquement l’augmentation de la production et la nutrition par la qualité de l’huile d’olive». 

« A travers ce projet, la FAO va accompagner le gouvernement tunisien à développer une «prospective et une stratégie oléicole à l’horizon de 2030», a ajouté le communiqué. 

A cette occasion, le représentant de la FAO à Tunis, coordinateur du bureau pour l’Afrique du Nord, Michael Hage, a souligné que « le présent projet aidera à la mise en œuvre des actions accordant aux produits de l’olivier la priorité et l’importance qu’ils méritent dans la nouvelle vision stratégique». 

Pour rappel, la Tunisie a récemment adopté de nouvelles mesures pour booster la culture, la production et la commercialisation des produits oléicoles.

Il s’agit, entre autres, d’élargir les surfaces olivaires, de valoriser la production de l’huile d’olive notamment par la modernisation des méthodes et la promotion de l’emballage, tout en adoptant de nouvelles stratégies commerciales à l’export. 

La Tunisie «est le quatrième producteur mondial après l’Espagne, l’Italie et la Grèce et le troisième exportateur mondial après l’Espagne et l’Italie». 

La filière oléicole contribue, d’ailleurs, à la réalisation des objectifs nationaux de croissance économique, de sécurité alimentaire, de création d’emploi, d’accroissement des recettes d’exportation et de préservation et de valorisation des ressources naturelles, conclut la FAO. 


           

Actus | Economie | Cultures | Médias | Magazine | Divertissement