UMP: Sarkozy consulte pour former son équipe et réussir le "rassemblement"


Lundi 1 Décembre 2014 - 09:49
AFP


Paris - Tout juste élu président de l'UMP, Nicolas Sarkozy va recevoir lundi et mardi les ténors du parti pour constituer son équipe et réussir le "rassemblement le plus large" possible.


UMP: Sarkozy consulte pour former son équipe et réussir le "rassemblement"
Pour la presse, la victoire de Sarkozy a des relents de demi-victoire, on ne lui a pas signé de "chèque en blanc" pire l'hyperprésident de naguère se voit rebaptiser "l'hypoprésident".

"Le temps est au collectif", a affirmé M. Sarkozy dimanche soir sur TF1. "Nous allons nous unir pour créer les conditions d'une alternance moderne", a-t-il ajouté, en précisant qu'il se ferait aider dans sa tâche par un "comité d'anciens Premiers ministres". Dominique de Villepin, qu'il a reçu dimanche matin a d'ores et déjà accepté d'en faire partie.

La proposition a été en revanche très froidement accueillie par Gilles Boyer, le bras droit d'Alain Juppé, ce dernier étant actuellement en déplacement à Dakar pour la conférence de la Francophonie. "Le bureau politique élu, dont les anciens Premiers ministres sont membres de droit, est la seule instance de gouvernance légitime", a-t-il twitté dimanche soir.

Tout comme le maire de Bordeaux, François Fillon, injoignable dimanche soir, et candidat, comme le maire de Bordeaux, à la primaire de 2016, pourrait se méfier d'une proposition émanant de leur futur concurrent à cette pré-présidentielle (à laquelle M. Sarkozy n'est toujours pas déclaré officiellement). "L'union n'est pas la soumission", avait prévenu le député de Paris samedi soir.

Edouard Balladur, qui a lui-même soumis cette idée de comité à M. Sarkozy, selon des sources à l'UMP, serait prêt à y participer. Jean-Pierre Raffarin, avec qui M. Sarkozy doit déjeuner lundi, devrait aussi en être.

Fort de ses 29,18% et désormais incontournable, M. Le Maire sera reçu le premier par M. Sarkozy, lundi à 09h00, au siège de l'UMP. La "volonté de renouveau devra être entendue et respectée" au sein du parti, avait prévenu samedi soir le député de l'Eure, adepte notamment de la "transparence"et de la "parité".

Sa collègue à l'Assemblée, Valérie Pécresse, qui a soutenu M. Sarkozy, lui a apporté son soutien en affirmant qu'il faudra "tenir compte" de sa candidature qui a traduit "une envie de renouvellement". "Il n'est pas question que l'UMP se résume à un clan", a-t-elle insisté.

Henri Guaino, ancien conseiller de M. Sarkozy à l'Elysée, a toutefois prévenu que le score de Le Maire ne "lui donnait pas de droit particulier".

- Un nouveau nom pour le parti -

M. Sarkozy recevra également, lundi à 10h00, Xavier Bertrand, ancien ministre et candidat déclaré à la primaire de 2016. Les deux hommes sont en froid depuis la défaite de 2012.

D'autres devraient être reçus dans l'après-midi (Christian Jacob et Laurent Wauquiez) ou le lendemain (Christian Estrosi, Nathalie Kosciusko-Morizet, Luc Chatel, Gérald Darmanin notamment).

Nicolas Sarkozy devrait arrêter les jours suivants la composition de son équipe rapprochée. Frédéric Péchenard, ex-directeur général de la police nationale, qui fut son directeur de campagne pour l'UMP, est le probable futur directeur général de l'UMP.

A Daniel Fasquelle, le très sarkozyste député-maire du Touquet, devrait revenir la tâche délicate de trésorier, alors que les finances de l'UMP accusent un déficit de 74,5 millions d'euros.

Christian Estrosi, député-maire de Nice, pourrait prendre la présidence de la Commission des investitures, un poste appelé à évoluer si la promesse de M. Sarkozy de laisser les adhérents choisir eux-mêmes leurs représentants aux élections locales est respectée.

Luc Chatel ne souhaiterait pas être reconduit dans sa fonction de secrétaire général, qui pourrait revenir à NKM ou Laurent Wauquiez, à moins que l'un ou l'autre prenne la vice-présidence (poste déjà occupé M. Wauquiez sous la présidence Copé).

Et bien sûr, le fidèle Brice Hortefeux, qui a salué le "grand succès" de l'élection de M. Sarkozy, restera en place au siège, où il dispose d'un vaste bureau au 9e étage.

Après la mise en place de son équipe, M. Sarkozy devrait s'atteler à consolider son parti en assurant aux adhérents échaudés par la lutte fratricide entre copéistes et juppéistes, que l'UMP est en marche, pour dans un premier temps, de remporter les élections départementales de mars prochain (les régionales suivront en juin).

Ce n'est qu'après, début avril 2015, que se tiendrait le congrès fondateur du mouvement, dont M. Sarkozy a une nouvelle fois souhaité qu'il change de nom.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss