Washington, ou presque, vedette des Emmy Awards


Vendredi 20 Septembre 2013 - 10:48
AFP


Washington - La capitale américaine, Washington, est la vedette des 65e Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine qui seront décernées dimanche: cinq séries en lice avec 32 nominations ont en commun d'y situer leur action. Mais... elles n'y ont pas été tournées.


Washington, ou presque, vedette des Emmy Awards
Des séries à succès comme "Homeland" ou "House of Cards", reflets du tourbillon politique dans lequel vit la capitale, ont en fait été tournées ailleurs, au grand dam des Washingtoniens qui auraient bien aimé goûter un zeste d'Hollywood.

"C'est dur", affirme à l'AFP Crystal Palmer, qui dirige le bureau chargé des tournages à Washington, "les gens croient que ces séries viennent d'ici, alors que ce n'est pas le cas".

"House of Cards", série dans laquelle Kevin Spacey joue le rôle d'un élu machiavélique, nommée neuf fois, a été tournée pas loin de la capitale, à Baltimore (Maryland, est).

"Homeland" et ses onze nominations, dans lequel Claire Danes, agent de la CIA, traque les terroristes, a utilisé comme plateau la ville de Charlotte, en Caroline du nord (sud-est), à 600 km de la capitale.

La comédie "Veep" ("Vice-présidente") et la mini-série "Political Animals", nommées chacune cinq fois, ont été tournées respectivement à Baltimore et Philadelphie (Pennsylvanie, est).

Le polar politique "Scandal", nommé deux fois, a pour sa part été filmé de l'autre côté du pays, à Los Angeles (Californie, ouest).

Washington en a l'habitude, depuis que dans les années 1930, pour "Mr Smith au Sénat", James Stewart était censé descendre du train à Union Station, la gare de la capitale, avant de découvrir les noirceurs de la politique.

Le metteur en scène Frank Capra avait en fait tourné quelques images d'extérieurs emblématiques de la capitale avant de recréer l'intérieur du Capitole à Hollywood, comme de nombreux réalisateurs l'ont fait par la suite.

Il est vrai que tourner à Washington, siège du gouvernement, est un casse-tête, avec ses embouteillages et ses mesures de sécurité. Il faut des permis pour filmer l'extérieur du Capitole, et traiter avec les Services Secrets pour la Maison Blanche.

Incitations fiscales

Mais surtout, l'argent est un facteur décisif, explique Mme Palmer. Et Washington est à la peine quand il s'agit de tenter de séduire Hollywood avec de généreuses incitations fiscales.

"Notre activité en est vraiment affectée", affirme-t-elle.

En 2011, 37 états avaient un programme d'aides au tournage, offrant un total de 1,3 milliard de dollars, selon la Tax Foundation, un groupe de recherches sur l'efficacité de ces programmes.

Le Maryland a offert une enveloppe de 7,5 millions de dollars en crédits d'impôts pour attirer "House of Cards", la série produite par Netflix, un service de location de films par abonnement.

En échange, les producteurs de la série ont embauché 2.200 habitants du Maryland - du figurant au technicien expérimenté - et ont acheté des produits et des services de 1.800 entreprises locales.

"On est depuis des dizaines d'années la doublure de DC" (District of Columbia, le nom de Washington), affirme Jack Gerbes, directeur du Bureau du film du Maryland.

Baltimore a joué son propre rôle dans la série à succès "Sur écoute" mais ses quartiers, à l'architecture très diverse, ont pu aussi remplacer Washington.

Plus au sud, la Commission régionale du film de Charlotte estime que "Homeland" a généré 45 millions de dollars en dépenses locales, lors du tournage de la première saison (la saison 3 commence le 29 septembre).

Pour "Hunger Games", dont la production était également basée à Charlotte, ce fut 60 millions.

La majeure partie de l'intrigue de "Homeland" se situe dans la banlieue de Washington et "la banlieue est partout", souligne Mark Washburn, journaliste TV du journal Charlotte Observer.

La Caroline du nord est l'un des états qui offre le plus d'incitations fiscales au secteur du cinéma et de la télévision, avec une ristourne de 25% sur les salaires et diverses taxes.

Mais avec ses gratte-ciels, Charlotte -- centre d'affaires pour le sud du pays -- peut difficilement refléter la capitale, qui s'enorgueillit de ses bas immeubles. "Quand ça arrive, le téléspectateur n'a, au mieux, qu'un fac-simile", note Mme Palmer.


           

Nouveau commentaire :

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss