Zefzafi, le révolté devenu "icône" du Rif marocain


Mercredi 31 Mai 2017 - 15:59
AFP


Ce qui frappe d'abord, c'est son débit: quand Nasser Zefzafi, l'insurgé du Rif, prend la parole, il ne la lâche plus. C'est un flot ininterrompu, un torrent d'accusations contre l'Etat "corrompu" au Maroc ou "l'arbitraire du makhzen" (pouvoir).


L'homme s'est imposé en sept mois comme le visage de la contestation populaire dans le Rif, un "personnage étonnant et détonnant" devenu une "icône" dans sa région natale, selon l'hebdomadaire Telquel.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi soir à Al-Hoceïma, dans le nord du Maroc, pour réclamer la libération de ce chômeur de 39 ans, arrêté lundi par la police pour "atteinte à la sécurité intérieure".

Fin octobre 2016, quand la mort atroce à Al-Hoceïma (nord) d'un vendeur de poisson, broyé accidentellement dans une benne à ordures, choque le pays, "je n'étais qu'un simple militant sur les réseaux sociaux", racontait Zefzafi début mai dans une interview à l'AFP.

Mâchoire carrée, cheveux ras et tête de rugbyman, cet ex-videur et gérant d'une boutique de téléphone portable qui a mis la clé sous la porte, vit alors chez ses parents, dans un quartier populaire d'Al-Hoceïma.

"Ca a été comme un déclic pour moi. J'étais militant virtuel sur le net, j'ai décidé d'aller manifester dans les rues", expliquait-il.

Entouré d'une poignée de fidèles, Zefzafi recevait dans le modeste salon familial, devant une petite bibliothèque d'ouvrages surtout religieux, où trônent les portraits d'Abdelkrim el-Khattabi, vainqueur du colonisateur espagnol et fondateur de l'éphémère république du Rif.

Zefzafi a tenu ici beaucoup de ses "conférences de presse" quasi-quotidiennes, de longues tirades en tarifit (berbère rifain) diffusées en direct sur les réseaux sociaux.

Il avait également l'habitude de rencontrer les quelques journalistes de passage à l'étage d'un fast-food voisin fréquenté par les ados du quartier, dans une ville de 56.000 habitants où à peu près tout le monde se connaît.

- 'Belliqueux' ou 'pacifique'? -

Mais pour comprendre le phénomène Zefzafi, il faut surtout l'avoir vu haranguer la foule, lors des manifestations du "hirak" (la mouvance, comme il a baptisé son mouvement).

Quand juché sur le toit d'une voiture, il faisait "jurer devant Dieu fidélité au Rif" à des centaines, voire des milliers de jeunes hommes main levée, reprenant d'une seule voix des slogans enflammés. Ou comment, dans ses diatribes contre le "makhzen", il se faisait le charismatique porte-drapeau de la colère populaire.

Dans ses discours en forme de réquisitoire, tout le monde en prend pour son grade: l'Etat, l'administration locale, les élus, les partis, la société civile... Même le roi, "comptable du bien-être de ses concitoyens", n'est pas épargné.

"Nous posons une simple question, essentielle: pourquoi l'Etat laisse le Rif enclavé et sous-développé", tentait de résumer Zefzafi, dans son entretien à l'AFP.

Très populaire dans sa ville parmi les jeunes - qui le saluent ou l'alpaguent à tous les coins de rue-, il est cependant "loin de faire l'unanimité, et est très critiqué par l'élite locale pour ses outrances", estime un militant associatif.

On lui reproche ses surenchères, ses insultes ou son refus du dialogue. On l'accuse d'avoir fait le vide autour de lui, de ne tolérer quiconque pourrait lui faire de l'ombre, excommuniant à coup de mises à l'index les "traîtres" supposés au "hirak".

Ses citations répétées du Coran, son discours identitaire teinté de conservatisme interrogent, quand il s'en prend par exemple, au détour d'une salve contre des projets touristiques, aux "étrangers qui amèneront la prostitution et l'alcool".

Un média pro-pouvoir fustige un discours "populiste", plein de "violence verbale", et dresse un "portrait psychologique" bien peu amène: "rigide, belliqueux, à la tendance paranoïaque, en manque de célébrité, et emporté par l'ivresse de son moi...".

Pour Zefzafi, "il s'agit de s'opposer pour exister", analyse Telquel.

"La question fondamentale est la suivante", s'interrogeait mercredi le site d'info Medias24: "comment un individu n'ayant pas de formation politique, avec un discours si peu structuré et parfois incohérent, manifestement impulsif, peut-il mobiliser autant de personnes?"

Les militants soulignent le caractère "pacifique" du "hirak", un leitmotiv de Zefzafi jusqu'aux dernières heures ayant précédé son arrestation. Des associations de défense des droits de l'Homme rappellent de leur côté le caractère "légitime" de ses revendications.

Zefzafi aujourd'hui en prison, la question est autre maintenant: le "hirak" survivra-t-il à l'arrestation de son héros?


           

Nouveau commentaire :


Lire encore sur Hdhod:
< >

Samedi 16 Décembre 2017 - 10:12 Report du procès à Bruxelles de Salah Abdeslam

Actus | Politique | Economie | Chroniques | Cultures | Société | Arts | Livres | Education | Médias | Science | Technologies | Divertissement | Sport | Hdhod



IOS
Anrdoid
Facebook
Twitter
Rss